Elise Lucet s'exprime sur le sexisme à France Télévisions

Elise Lucet s'exprime sur le sexisme à France Télévisions
Élise Lucet s'entretient avec Eric Woerth dans les jardins de l'Assemblée Nationale à Paris, le 25 avril 2012.

Mardi 19 mai 2020, France 2 diffuse un numéro inédit de Cash Investigation dans lequel Élise Lucet enquête sur les inégalités salariales entre hommes et femmes. L'occasion pour la journaliste d'évoquer la situation à France Télévisions.

Si les choses évoluent dans le bon sens, les disparités salariales entre hommes et femmes sont encore présentes. Alors qu'elle s'apprête à présenter un numéro de Cash Investigation consacré à ce sujet, Élise Lucet est revenue dans les colonnes du Parisien sur son expérience personnelle au sein du groupe France Télévisions, sur lequel elle a également mené l'enquête.

"Il faut balayer devant notre porte, et notre journaliste a enquêté aussi sur France Télévisions, où les choses se passent plutôt bien", explique l'ancienne punk. Lorsque l'actuelle star du PAF a rejoint le groupe, la situation était différente : "En 1986, les directeurs, rédacteurs en chef étaient des hommes. Les choses ont énormément changé : j'ai vu mes collègues féminines passer rédactrices en chef, devenir grands reporters et reporters de guerre. Cette génération-là a cassé les stéréotypes, ouvert la voie et marqué un tournant."

"Les hommes ont compris qu'il ne fallait pas aller sur ce terrain-là avec moi !"

Questionnée au sujet des récentes déclarations de Clémentine Sarlat, qui dénonce le harcèlement sexuel qu'elle a constaté à France Télévisions, Élise Lucet concède : "Il existe, comme dans beaucoup de sociétés." Mais la journaliste dont le salaire impressionne avoue y avoir été "très peu" confrontée : "J'ai eu des rédacteurs en chef bienveillants, je suis devenue une figure de l'antenne et j'ai mon caractère. Les hommes ont compris qu'il ne fallait pas aller sur ce terrain-là avec moi ! (...) Le harcèlement, les gestes ou paroles déplacés ne sont plus acceptables. On doit rester d'une extrême vigilance. On ne peut pas laisser un millimètre de possibilité à ces comportements."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.