David Hallyday : pourquoi renonce-t-il à l'héritage de son père ?

David Hallyday : pourquoi renonce-t-il à l'héritage de son père ?
David Hallyday en concert au Terrazza Martini en marge du Festival de Cannes, le 15 mai 2010.

Le 31 juillet 2020, via son avocat, David Hallyday a indiqué qu'il renonçait à tout héritage venant de son père, qu'il s'agisse d'argent ou de patrimoine. Le chanteur se désiste désormais "de toute instance judiciaire", préférant se consacrer à d'autres projets.

Deux ans et demi après le décès de Johnny Hallyday, la bataille judiciaire concernant sa succession semble sur le point de prendre fin. Le 3 juillet dernier, sa veuve Laeticia annonçait qu'un "accord définitif", dont les détails ne sont pas connus, avait été trouvé avec Laura Smet. Le demi-frère de cette dernière, David Hallyday, a quant à lui renoncé à son héritage. Une décision commentée vendredi dernier dans un communiqué de son avocat Me Pierre-Jean Douvier.

"Le retour de la sérénité"

David Hallyday "a renoncé à la succession de son père" et "nous nous désistons de toute instance judiciaire", peut-on lire dans ce communiqué transmis à l'AFP. "L'objectif de protéger ses trois soeurs (Laura, Jade et Joy, ndlr) est atteint et nous nous en réjouissons. David ne reçoit rien, que ce soit patrimonialement ou financièrement et il ne demande rien. Il n'a pas reçu d'objets symboliques", est-il précisé.

"Désormais la page est tournée et David regarde l'avenir avec le retour de la sérénité", a ajouté son avocat. La conscience tranquille, et certainement lassé par cette longue bataille entamée peu de temps après le décès de son père, l'interprète de Tu ne m'as pas laissé le temps souhaite désormais "se consacrer totalement à sa famille, sa passion la musique, ses futurs projets et deux causes qui lui sont chères depuis longtemps : la protection animale et celle environnementale".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.