Cyril Hanouna et le Grand Débat : "J'ai envie d'aider les gens qui souffrent"

Cyril Hanouna et le Grand Débat : "J'ai envie d'aider les gens qui souffrent"
Cyril Hanouna au match de boxe de Tony Yoka au palais des sports de Paris, le 23 juin 2018.

Mina Levy

Invité sur La Matinale de CNews le mercredi 23 janvier 2019, Cyril Hanouna a défendu son émission spéciale "Grand Débat National" qu'il co-animera sur C8 avec Marlène Schiappa vendredi 25 janvier.

À l'annonce d'une association avec la secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa pour co-animer le programme, Cyril Hanouna a suscité une véritable polémique. En effet, la chaîne C8 a annoncé sur Twitter le 21 janvier 2019 que l'émission Balance ton Post diffusée vendredi sera une spéciale "Grand Débat National", ce qui n'a pas plu à tout le monde. Le producteur a donc plaidé sa cause auprès de Jean-Pierre Elkabbach, dans La Matinale de CNews mercredi 23 janvier.

"On n'est pas du tout au service du gouvernement !"

Questionné sur son projet, Cyril Hanouna a expliqué : "Je me mêle comme tous les Français, de ce qui nous regarde. On a été les premiers à inviter les Gilets jaunes sur le plateau, à inviter des gens qui m'ont interpellé devant le studio." Ce dernier a aussi répondu à de nombreuses critiques l'accusant d'une certaine "provocation" : "J'aurais très bien pu dire que je vais rester dans le divertissement, sans influencer la vie des Français. J'ai envie d'aider les gens qui souffrent. (...) J'ai dit que je peux faire le rôle de médiateur entre ces Gilets jaunes et ces Français qui sont venus me voir sur le plateau et les politiques qui peuvent faire avancer les choses."

L'animateur a conclu en clarifiant la situation et en répondant à ceux qui l'accusent d'être à la solde du gouvernement : "Moi, je n'ai pas le pouvoir de faire avancer les choses, donc forcément j'ai besoin de responsables politiques (...). On n'est pas du tout au service du gouvernement ! Au contraire, on est au service des téléspectateurs, donc des Français, du peuple et des Gilets jaunes."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.