Covid-19 : inquiet, Yannick Noah met "en garde" ses enfants vivant à l'étranger

Covid-19 : inquiet, Yannick Noah met "en garde" ses enfants vivant à l'étranger
Yannick Noah au match de boxe de Tony Yoka au palais des sports de Paris, le 23 juin 2018.

Sur les réseaux sociaux ou au gré des interviews qu'elles distillent à distance, nombreuses sont les personnalités à faire part de leurs inquiétudes en cette période difficile liée à l'épidémie de Covid-19. C'est le cas de Yannick Noah qui a évoqué ses craintes pour ses enfants au micro de BFMTV.

C'est un Yannick Noah profondément ému et quelque peu perturbé qui s'est confié en direct sur BFMTV mardi 24 mars 2020. Invité à réagir à la disparition de l'immense saxophoniste Manu Dibango emporté par le coronavirus à 86 ans, l'ancien champion de tennis s'est évidemment exprimé sur la situation sanitaire actuelle après avoir rendu hommage à celui qu'il considérait comme "un ami de la famille". "Bien entendu, je suis le travail incroyable du personnel médical, tous ces gens qui se bagarrent et certains de ma famille. Donc j'ai beaucoup de respect. Je sais qu'ils sont, pour certains, déjà épuisés", a confié le chanteur qui fêtera ses 60 ans en mai prochain.

"On est un peu inquiet pour les gens qui sont loin"

Intervenant sur BFMTV depuis chez lui, du fait du confinement imposé par le gouvernement, Yannick Noah s'est estimé chanceux. "J'ai plutôt de la chance, j'habite à la campagne. Il y a eu des moments où c'était compliqué mais là c'est vraiment un luxe. J'ai une petite cabane, je suis seul dedans. Je mange une fois par jour", a-t-il raconté, précisant passer son temps à regarder des films, écouter de la musique ou encore ranger la maison. "On fait des choses qu'on n'a pas l'habitude de faire. On prend le temps", a-t-il assuré avant d'admettre avoir quelques angoisses.

Très ému, il a en effet expliqué que le confinement était pour lui "différent et compliqué". La raison ? Ses cinq enfants, Joakim, Yéléna, Eleejah, Jenaye et Joalukas ne sont pas à ses côtés : "Ils sont un peu éparpillés donc je suis un peu inquiet. J'en ai une à Londres, l'autre à New York. (...) Mon grand est à Los Angeles, mon autre est à l'autre bout du monde, au Maui. Ils sont un peu comme on était il y a une dizaine de jours. On savait qu'il y avait quelque chose de grave mais on n'était pas conscients. Vivant ce qu'on vit en France, j'essaie de les mettre en garde." Et l'ex-sportif de conclure : "On est un peu inquiet pour les gens qui sont loin." Totalement compréhensible.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.