Coup dur pour Laeticia Hallyday : Johnny était résident français

Coup dur pour Laeticia Hallyday : Johnny était résident français
Johnny et Laeticia Hallyday à la soirée "Vogue Paris Foundation Gala" au palais Galliera à Paris, le 6 juillet 2015.

Mardi 28 mai 2019, en début d'après-midi, le tribunal de grande instance de Nanterre a pris une décision cruciale pour la suite du procès qui oppose Laeticia Hallyday aux deux aînés du Taulier.

Quelques mois après la mort de Johnny Hallyday le 5 décembre 2017, David Hallyday et Laura Smet avaient engagé une procédure pour contester le testament californien de leur père, désignant Laeticia Hallyday comme principale héritière. La première grande étape de cette procédure a eu lieu ce mardi puisque le tribunal de Nanterre a dû déterminer si la justice française était compétente pour se saisir du litige entourant cet héritage. Verdict : elle l'est. En effet, le juge a estimé que "la résidence habituelle de Jean-Philippe Smet (était) en France", et non aux États-Unis.

Vers une répartition des biens ?

Cette décision est une terrible défaite pour la veuve du rockeur puisqu'elle signifie que le droit français devrait s'appliquer à cette succession, ouvrant la voie à une répartition des biens du chanteur comme le demandaient David Hallyday et Laura Smet. En clair, Laeticia Hallyday pourrait ne toucher plus que 25% de l'héritage de son époux, tandis que les quatre enfants du chanteur (les aînés ainsi que Jade et Joy, les deux filles qu'ils a eues avec Laeticia), se partageraient les 75% restants.

Alors qu'une nouvelle audience a été fixée au 11 juillet 2019, l'avocat de Laeticia Hallyday a déjà annoncé sa volonté de faire appel de la décision du tribunal de Nanterre. Laura Smet, quant à elle, était "en larmes" et "extrêmement émue" par cette annonce, a déclaré son avocat qui l'a eue au téléphone.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.