Confidences posthumes d'Anémone : "J'aimais bien consommer les beaux gosses"

Confidences posthumes d'Anémone : "J'aimais bien consommer les beaux gosses"
Anémone lors du filage de la pièce "Mademoiselle Wergner" au théâtre des Variétés à Paris, en janvier 2006.

Le 27 mai 2021 sortira "Je préfère les génies aux abrutis" (éditions Robert Laffont), biographie d'Anémone écrite par Laurent Brémond. Ce dernier s'est confié dans le dernier numéro de ELLE, paru le 21 mai. L'occasion de partager quelques bons mots de la comédienne.

Anémone s'est éteinte le 30 avril 2019 à 68 ans, des suites d'un cancer du poumon. Comédienne aux rôles culte à l'instar de Thérèse dans "Le père Noël est une ordure", elle reste aussi dans les mémoires pour son franc-parler et son naturel. C'est avec ce tempérament qu'elle s'était racontée de son vivant à Laurent Brémond, auteur et cinéaste. L'ex-membre du Splendid était notamment revenue sur ses relations avec les hommes dans sa jeunesse. "Je n'arrêtais pas de tomber amoureuse tout le temps", a-t-elle indiqué, précisant avoir "un truc avec les yeux verts".

Sempé, un "macho"

Dans sa jeunesse donc, Anémone s'est envolée aux États-Unis et n'a jamais hésité à traverser la frontière mexicaine, sans permis ni visa, pour rejoindre des garçons. "J'aimais bien consommer les beaux gosses", a commenté l'actrice qui s'en est toujours sortie malgré les risques encourus. Il lui est aussi arrivé d'avoir des relations plus longues, comme avec le dessinateur Jean-Jacques Sempé. Une histoire qui a débuté en 1972 et qui s'est terminée brutalement en raison des infidélités du dessinateur. "Quel macho ! Je me suis barrée sur-le-champ", a-t-elle rapporté.

Libre et insaisissable : voilà qui pourrait résumer le caractère de celle qui est désormais enterrée à Poitiers. Dans "Je préfère les génies aux abrutis", un de ses amis s'est souvenu : "Quand tu commences la soirée avec Anémone, tu n'es jamais sûr de la terminer avec elle. Mais tu n'arrives pas à lui en vouloir."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.