Comment Véronique Genest a "perdu neuf mois de sa vie" à cause de TF1 ?

Comment Véronique Genest a "perdu neuf mois de sa vie" à cause de TF1 ?
Véronique Genest à Paris, le 13 mai 2019.

Au micro d'Europe 1, l'actrice française est revenue, mercredi 16 septembre 2020, sur sa discorde avec TF1 à propos d'un rôle. Elle a expliqué comment son ancienne chaîne a continué de lui faire miroiter une place dans "Demain nous appartient", qu'elle n'a finalement jamais eue.

Dans l'émission Culture Media animée parPhilippe Vandel, Véronique Genest a dévoilé les raisons pour lesquelles elle n'a finalement pas rejoint le casting de "Demain nous appartient". Si, en effet, l'actrice était fortement pressentie pour accompagner Ingrid Chauvin, Maud Baecker et Alexandre Brasseur dans ce feuilleton télévisuel quotidien, il n'en a rien été.

La star de la première chaîne, qui a campé le rôle de la commissaire Julie Lescaut, s'est expliquée auprès de Philippe Vandel. Elle a été victime d'un soudain changement de cap de la part de TF1. Après 24 ans de bons et loyaux services, elle considère aujourd'hui qu'ils lui "ont fait perdre neuf mois de sa vie".

TF1 a "continué de l'entretenir dans l'illusion de ce rôle"

L'animateur demande à la comédienne si elle aimerait jouer de nouveau pour la télévision. "J'ai jamais dit non à rien (...) je suis ouverte à tout", indique-t-elle. Philippe Vandel la reprend aussitôt : "Ha oui, vous avez failli revenir dans 'Demain nous appartient'." Véronique Genest poursuit en dévoilant : "J'avais dit non parce que je ne voulais pas faire une quotidienne et puis j'ai vu le producteur, qui a insisté très lourdement, il m'a donné des assurances". Elle aurait même pu accepter et négocier son contrat avant que le producteur en question soit remercié entre temps. L'actrice maintient également que TF1 a "continué de l'entretenir dans l'illusion de ce rôle", pour apprendre "par Internet que ce n'était pas moi qui le faisais".

Elle s'avoue très agacée par cette brouille : "Je suis désolée, mais je le réitère, ils m'ont fait perdre neuf mois de ma vie parce que j'ai abandonné une pièce de théâtre". Alors qu'elle a eu peur pour sa situation financière à cause du confinement, la comédienne de 64 ans est exaspérée par ce revirement car "si on ne prévoit pas un an à l'avance (dans sa profession), on se retrouve le bec dans l'eau et on n'a plus qu'à crever la bouche ouverte".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.