Charlotte Gainsbourg, complexée face à sa mère : "Je me sentais très vilaine"

Charlotte Gainsbourg, complexée face à sa mère : "Je me sentais très vilaine"
Charlotte Gainsbourg à la 78e Mostra de Venise, le 5 septembre 2021.

Du haut de ses 50 ans, Charlotte Gainsbourg analyse avec expérience l'origine de ses complexes. Dans une interview pour l'édition de janvier 2022 de Psychologies, la Franco-britannique se confie à ce sujet avec beaucoup de recul, évoquant son évolution en tant que femme.

En octobre 2021, la sortie du documentaire "Jane par Charlotte" mettait en valeur la relation entre la mère et la fille, toutes deux comédiennes de renom. Seulement, Charlotte Gainsbourg a récemment fait la lumière sur d'anciens ressentiments vis-à-vis de sa sublime mère, Jane Birkin. Interrogée par Psychologies pour le numéro de janvier 2022, celle a qui cocréé une collection avec Zara s'est confiée à coeur ouvert. "Toutes les femmes de la famille étaient sublimes. Ma mère était le summum de la beauté féminine. Moi, je me sentais très vilaine à côté. Habillée n'importe comment, j'avais un goût de chiottes, un corps androgyne. J'ai eu beaucoup de mal à m'accepter comme femme.", raconte-t-elle sans filtre.

"Une orchidée déguisée en ortie"

En plus de sa mère, la compagne d'Yvan Attal aborde aussi sa soeur. "Ma soeur Kate était habillée en fille, quand ma mère me coupait les cheveux courts et me faisait porter des tenues de garçon. Je ne comprenais pas bien pourquoi.", observe-t-elle. Ce cadre fait naturellement naître des complexes : "Pour mes parents, l'aspect physique comptait plus que tout. De moi, (son père, Serge Gainsbourg, ndlr.) disait que j'étais une orchidée déguisée en ortie."

Si cette métaphore la vexe d'abord, elle déclare désormais : "Maintenant, je trouve ça très beau". Néanmoins, elle confesse à propos de ses complexes : "je n'ai pas vraiment réussi à m'en débarrasser. Aujourd'hui encore, je me sens être une pâle copie de ma mère."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.