Charlotte Gainsbourg à coeur ouvert : "Je suis quelqu'un d'assez impudique"

Charlotte Gainsbourg à coeur ouvert : "Je suis quelqu'un d'assez impudique"
Charlotte Gainsbourg lors de son arrivée à la projection du film "Lux Aeterna" dans le cadre du 72e Festival de Cannes, le 18 mai 2019.

Dans une interview publiée dans le numéro de juillet 2020 du magazine Numéro, Charlotte Gainsbourg s'est livrée à coeur ouvert. Elle y évoque le souvenir de son père, sa timidité passée et ses audaces d'aujourd'hui.

Naturellement timide et longtemps complexée, Charlotte Gainsbourg se dévoile de plus en plus. Désormais, l'artiste qui vient de fêter ses 49 ans ose se mettre à nu, au propre comme au figuré. Que ce soit dans les textes de ses chansons, sur scène ou bien devant la caméra de Lars Von Trier, la fille de Serge Gainsbourg et Jane Birkin se livre à présent sans détour, comme elle l'a fait dernièrement dans une interview accordée alors qu'elle était confinée à New York.

C'est avec son album "Rest", paru en 2017, que Charlotte Gainsbourg a décidé de commencer à aborder des aspects de sa vie privée dont elle parlait peu. "Dans le fond, je suis quelqu'un d'assez impudique", confie-t-elle à nos confrères avant de poursuivre en évoquant Living With You, un titre dans lequel elle décrit la vision du cadavre de son père : "Je n'éprouve aucune gêne à partager des choses un peu crues que j'ai vécues. (...) Je voulais écrire une déclaration d'amour à mon père, mais de manière déguisée, ne pas tomber dans quelque chose de mièvre. Cette dernière image de lui, je la garderai toujours en moi, c'était ça que je voulais chanter.""Je ne vais pas faire semblant d'être à l'aise"La compagne d'Yvan Attal à la vie comme à l'écran évoque également son combat intérieur contre sa timidité : "J'ai fait des progrès avec le temps mais je me sens toujours comme ça. (...) Je ne vais pas faire semblant d'être à l'aise, parce que je ne suis pas à l'aise dans la vie en général. Même le fait d'entrer dans un restaurant a longtemps été une souffrance. Je ne parle même pas de la scène, de devoir m'exposer, de dominer le trac..." Ce qui l'a aidé à surmonter sa pudeur ? Ses concerts, ses tournées mais également certains de ses rôles au cinéma : "J'ai pris du plaisir, sur scène et hors de la scène. Voyager dans un tour bus, retrouver tous ces gars, faire partie d'une troupe. Le trac est toujours là, mais peut-être que les rôles les plus physiques, comme ceux des films de Lars von Trier, m'y ont un peu aidée."

Charlotte Gainsbourg, aujourd'hui sereine et libérée, prépare actuellement un projet en hommage à son père : l'ouverture au public de la maison de Serge Gainsbourg à l'occasion du trentième anniversaire de sa mort. "Pendant longtemps, l'idée même de célébrer sa mort me semblait atroce. Aujourd'hui je me suis acclimatée à ça, et je suis heureuse que les gens profitent de cette date pour faire des choses autour de lui", conclut-elle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.