Cécile Bois partage sa vision du féminisme et ses conseils pour ses filles

Cécile Bois partage sa vision du féminisme et ses conseils pour ses filles
Cécile Bois au 16e Festival de la Fiction de La Rochelle, le 11 septembre 2014.

Avec bienveillance, Cécile Bois a abordé le sujet des relations hommes et femmes avec ses deux filles. Auprès du magazine Nous Deux, mardi 23 mars 2021, la comédienne de "Candice Renoir" a aussi partagé ses prises de conscience et ses conseils avec les lecteurs.

Habituée à porter des rôles féminins puissants, depuis neuf saisons avec "Candice Renoir" sur France 2 puis maintenant dans la mini-série "Gloria" de TF1, Cécile Bois a appris à ne pas se laisser marcher sur les pieds par les hommes mais sans non plus tomber dans la peur du masculin. Alors que les libertés et la valorisation des femmes sont plus que jamais d'actualité en ce deuxième millénaire, l'actrice s'est confiée à ce sujet en prenant pour exemple les messages qu'elle véhicule à ses filles. "Je ne veux pas qu'elles grandissent en pensant que l'homme peut être un prédateur ou avoir des privilèges qui leur sont refusés. Je ne leur cache pas qu'en étant une femme, les choses sont parfois difficiles. Mais je ne veux pas qu'elles imaginent qu'il y a les filles d'un côté et les garçons de l'autre", a dévoilé celle qui voudrait que ses enfants "aient envie de réparer les injustices, sans être dans l'agressivité, qu'elles développent une force et se battent pour une égalité".

"Genrer tous les actes, c'est considérer que les gens n'ont pas d'âme"

La pétillante quadragénaire, qui partage avec sa progéniture la passion de "la peinture et du dessin", a été questionnée sur sa manière de voir et d'interpréter le terme "féminisme". Avec franchise, Cécile Bois a alors donné sa vision des choses : "Il y a celui qui divise les hommes et les femmes, mais j'estime que les guerres ne sont pas constructives. Si on doit se faire entendre pour rééquilibrer les privilèges, il faut pouvoir durer. Et on ne dure pas dans un état de siège." Elle a ensuite tenu à apporter une grande précision à ses propos : "Genrer tous les actes, c'est considérer que les gens n'ont pas d'âme. On ne condamne pas les hommes, on condamne les sales types. Et il y a aussi des femmes mauvaises. Il faut prendre la mesure de chaque pose pour avancer."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.