Catherine Laborde continue de se battre contre la maladie : "Je ne renonce pas"

Catherine Laborde continue de se battre contre la maladie : "Je ne renonce pas"
Catherine Laborde à la conference de presse Delacre by Bensimon à Paris, le 23 juin 2016.

Atteinte de la maladie de Lewy, Catherine Laborde est déterminée à se battre et refuse de renoncer à ses projets. Son rêve le plus cher ? Remonter sur scène coûte que coûte.

Cela fait maintenant quelques années que Catherine Laborde a révélé être atteinte de la la maladie de Lewy, qui cumule les symptômes de Parkinson et d'Alzheimer. Mais loin de se laisser abattre, l'ancienne Miss Météo multiplie les projets. Après avoir annoncé qu'elle écrivait un livre sur l'amour, l'animatrice se lance un nouveau défi : remonter sur les planches.

Figure emblématique du paysage audiovisuel français, Catherine Laborde est avant tout une amoureuse de théâtre. Diplômée du conservatoire d'art dramatique de Bordeaux, elle est revenue sur sa dernière expérience sur scène dans une interview publiée le 8 mai 2020, dans les colonnes de Télé Loisirs : "Je ne me rendais pas compte à quel point ma maladie influait sur mon jeu. Mais, aujourd'hui, je refuse de croire que la porte s'est définitivement fermée. J'en rêve tellement..." Courageuse et déterminée, la comédienne de 69 ans peut compter sur ses proches pour l'épauler dans son combat : "Je m'appuie énormément sur mes deux filles et mon mari, je ne me rends parfois pas compte à quel point ça peut peser. J'ai peur d'être un poids pour eux, c'est terrible..."

"Quand je vais mal, je m'accroche à ces jours de plaisirs qui vont arriver..."

Résolument positive, Catherine Laborde l'affirme : "Je me bats, je ne renonce pas". À près de 70 ans, elle continue à pratiquer la gymnastique et travaille sa mémoire auprès d'un orthophoniste. Malgré tous ses efforts, il lui arrive néanmoins de vivre des moments terribles : "Chaque jour est différent, ce sont les montagnes russes. Il y a des jours avec et des jours sans". Mais celle qui a rejoint TF1 en 1988 ne se laisse jamais longtemps abattre : "Quand je vais mal, je m'accroche à ces jours de plaisirs qui vont arriver..." Une belle leçon de vie en cette difficile période de crise sanitaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.