Carole Richert : à 53 ans, l'actrice veut libérer la parole sur la ménopause

Carole Richert : à 53 ans, l'actrice veut libérer la parole sur la ménopause
Carole Richert à l'avant-première de "L'incroyable Histoire du Facteur Cheval" au cinéma Opéra Capucines à Paris, le 10 janvier 2019.

Depuis 2010, Carole Richert incarne la pétillante Marie-France dans la série "Clem" diffusée sur TF1. Pour la dernière saison, son personnage doit faire face à la ménopause. Fière de pouvoir aborder ce thème, elle s'est confiée sur cette épreuve féminine dans les colonnes de Télé 7 jours en kiosque lundi 3 mai 2021.

La ménopause est un événement qui peut s'avérer bouleversant dans la vie d'une femme. En effet, il marque un tournant : celui de ne plus pouvoir avoir d'enfant. Un sujet qui reste encore tabou, parfois jugé honteux et que Carole Richert est fière d'aborder dans la saison 11 de "Clem" diffusée sur TF1. "Plutôt contente que l'on puisse traiter ce sujet. On pourrait même aller plus loin, pour montrer à quel point cela peut vous chambouler. C'est un deuil, pour une femme, de prendre conscience qu'elle ne pourra plus jamais enfanter. À côté de ça, on réalise qu'il y a encore plein de choses à faire", confie-t-elle dans les colonnes de Télé 7 jours ce lundi 3 mai.

"À 50 ans une femme peut être désirable"

Si la parole s'est libérée sur les violences faites aux femmes ou sur le sexisme, Carole Richert souligne l'importance de faire de même concernant la ménopause. Celle qui incarne l'ex-belle mère de Clem dans la série éponyme de TF1 considère que "c'est un vrai sujet de société". Par ailleurs, elle n'a pas hésité à féliciter le travail des scénaristes sur la représentation de la femme dans la série : "On montre, ici, qu'à 50 ans une femme peut être désirable, d'une autre façon, sans faire non plus une croix sur sa sexualité", a-t-elle poursuivi. Pour la comédienne, "Clem" est une série exemplaire qui révèle les femmes à tout âge, aidant ainsi les téléspectatrices à mieux s'identifier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.