Carla Bruni : l'ex-Première dame se confie sur ses craintes de l'époque

Carla Bruni : l'ex-Première dame se confie sur ses craintes de l'époque
Carla Bruni-Sarkozy au défilé printemps-été 2020 de Jean-Paul Gaultier au théâtre du Châtelet à Paris, le 22 janvier 2020.

Invitée sur le plateau de l'émission Quotidien lundi 21 septembre 2020, Carla Bruni s'est exprimée sur les craintes qui l'habitaient en tant que Première dame quand elle était pensionnaire de l'Élysée.

Venue faire la promotion de ses singles Quelque chose et Un grand amour, celle qui a été naturalisée française en 2008 quelques mois après son union avec Nicolas Sarkozy, a évoqué certains de ses souvenirs de Première dame. Carla Bruni commence, en douceur, par annoncer "(qu'elle) garde de très bons souvenirs. C'était un moment extraordinaire".

"J'avais peur tout le temps"

La douce chanteuse franco-italienne n'a pas manqué de raconter à Yann Barthès à quel point elle était heureuse d'avoir pu représenter la France en incarnant ce rôle majeur, mais non sans certaines hantises. Celle qui est meilleure chanteuse que professeure des écoles, de s'empresser de préciser : "J'avais peur tout le temps. J'avais peur tout le temps pour mon mari, j'avais peur pour moi, de faire quelque chose qu'il ne fallait pas, j'avais peur que quelqu'un raconte ou invente quelque chose."

Cette surmédiatisation semble avoir marqué le passage de la chanteuse dans le palais présidentiel. Carla Bruni continue par expliquer que "c'est une position tellement haute", qui la faisait se sentir comme une "cible". C'est semble-t-il une responsabilité à laquelle la mère de Giulia (8 ans, qu'elle eut avec Nicolas Sarkozy) et Aurélien (19 ans, issu de sa relation avec Raphaël Enthoven) n'était pas prête. Elle explique aussi : "J'avais peur qu'on le tue ou qu'il se passe quelque chose de très grave. Peur de toutes ces choses graves sur ses épaules et qu'on soit responsables."

Elle regrette d'avoir été sollicitée à l'époque pour des problèmes qu'elle et son Président de mari ne pouvaient pas résoudre. Carla Bruni cite, non sans humour que "les gens écrivent pour dire 'oh il faut absolument dire au Président qu'ici, en Ardèche, il pleut !' Ils vous tiennent responsables pour des choses bien supérieures à ce que vous pouvez faire". Mais elle n'est néanmoins pas peu fière d'avoir endossé ce costume de Première dame comme en témoigne sa déclaration : "C'est un honneur incroyable. C'est une responsabilité que je ne regrette pas et je ne regrette pas pour lui non plus."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.