Carla Bruni confie à Valérie Trierweiler qu'elle ne regrette pas l'Élysée

Carla Bruni confie à Valérie Trierweiler qu'elle ne regrette pas l'Élysée
Carla Bruni accueille Valérie Trierweiler sur le perron de l'Élysée à Paris, le 15 mai 2012.

À l'occasion du dernier hors-série de Paris Match, les deux anciennes premières dames se sont réunies lors d'un entretien où Carla Bruni répondait aux questions de Valérie Trierweiler. L'ex-mannequin y a confié son bonheur de quitter l'Élysée.

Le 18 novembre 2017, Carla Bruni s'était rendue sur le plateau d'On est pas couché pour la sortie de son nouvel album, "French Touch". Laurent Ruquier lui avait alors demandé si elle accepterait de répondre aux questions d'une autre ancienne première dame, Valérie Trierweiler, journaliste chez Paris Match, ce à quoi l'épouse de Nicolas Sarkozy avait rétorqué : "Avec grand plaisir !"

Carla Bruni a tenu parole puisque jeudi 6 décembre 2018, Paris Match a publié son sixième numéro hors-série, intitulé Les Décennies Paris Match (consacré aux années 2000), où l'on retrouve une interview de l'ex-mannequin par la journaliste. Dans cette entrevue, Valérie Trierweiler interroge Carla Bruni sur son parcours dans la mode, dans la musique, mais aussi dans la politique. En effet, la fin des années 2000 est marquée par son mariage avec Nicolas Sarkozy et son entrée dans le monde des affaires publiques.

"Je fus heureuse d'en partir"

Si cet univers peut se montrer plutôt impitoyable, Carla Bruni explique avoir été bien accompagnée. "J'avais confiance en lui, je n'ai jamais eu peur. Il me donnait sa force", confie-t-elle à propos de Nicolas Sarkozy.

De cette période, l'ancienne première dame conserve d'ailleurs un heureux souvenir. "Mon meilleur souvenir des années à l'Élysée est la naissance de ma petite fille (Giulia) en octobre 2011", révèle Carla Bruni avant d'ajouter de façon plus générale sur ces cinq années : "Je fus heureuse d'avoir eu le privilège d'être à l'Élysée, mais je fus heureuse d'en partir et de retrouver une vie plus normale..."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.