C'est la rentrée ! 3 confidences de stars sur l'école

C'est la rentrée ! 3 confidences de stars sur l'école
Françoise Hardy à l'enregistrement de l'émission Vivement Dimanche à Paris, le 30 octobre 2012.

Lundi 2 septembre 2019, des millions d'enfants vont prendre le chemin de l'école. Un lointain souvenir pour ces 3 personnalités qui ont eu l'occasion de se confier sur cette époque bien révolue.

Françoise Hardy : ces cours dont elle avait une peur bleue

Invitée sur RTL le 25 août 2019, la chanteuse a révélé quel était l'enseignement dont elle avait une sainte horreur à l'école : les cours de musique. "J'avais tellement peur d'être dans le cours de chant, qu'on me demande de chanter toute seule que, du coup, je m'étais inscrite au cours de grec qui avait lieu en même temps", a expliqué Françoise Hardy. Drôle d'anecdote quand on sait que, quelques années plus tard, elle débutait sa carrière de chanteuse !

Jamy : tourner dans une classe ne lui rappelle que du bon

Pour les besoins de l'émission La Fabuleuse Histoire de l'école diffusée le 27 août dernier sur France 2, l'ex-animateur de C'est pas sorcier a été filmé dans une école de la fin du XIXe siècle. Elle "m'a fait penser à celle dans laquelle j'étais, enfant, en CE2, parce que l'instituteur que j'avais à l'époque avait aménagé sa classe un peu de la même manière", a-t-il confié à Télé-Loisirs avant la diffusion. Et de préciser : "Je me souviens des cartes de géographie un peu partout, des bocaux où on stockait tout un tas de choses pour réaliser des expériences. Dans ce sens, ça m'a rappelé mon enfance." En tout cas, Jamy Gourmaud l'assure : "Je garde un très bon souvenir de l'école primaire."

Norbert Tarayre : un élève très dissipé

"Moi, j'ai seulement le bac d'eau chaude et d'eau froide !", s'amusait le célèbre cuisinier révélé par l'émission Top Chef dans une interview accordée à Paris Match en 2015. Il faut dire que son objectif premier à l'école n'était pas de récolter des bonnes notes ou des bons points, mais de "plaire aux filles en faisant des bêtises". "J'étais un peu le gentil loser. Quand il y avait un contrôle, on répandait des bonbons dans toutes les classes pour semer la zizanie", se souvenait Norbert Tarayre avant d'avouer ne pas avoir été "un cadeau pour les professeurs".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.