Britney Spears : pourquoi des fans appellent-ils à la "libérer" ?

Britney Spears : pourquoi des fans appellent-ils à la "libérer" ?
Britney Spears en concert à Scarborough, au Royaume-Uni, le 17 août 2018.

Alors qu'un tribunal devait réévaluer, mercredi 22 juillet 2020, la mise sous tutelle de la chanteuse américaine, les inquiétudes des fans autour de sa santé et de ses conditions de vie sont reparties de plus belle sur Internet.

En 2008, peu de temps après cet épisode mémorable lors duquel elle s'était rasé le crane, Britney Spears avait été placée sous la tutelle de son père Jamie Spears et d'un avocat, Andrew Wallet, car jugée inapte à prendre soin d'elle-même. Censée durer quelques mois au départ, cette tutelle est, finalement, toujours d'actualité. La justice a en effet souhaité la poursuivre jusqu'à ce que l'artiste présente des "signes d'amélioration durable de son état mental", condition qu'elle n'est apparemment pas parvenue à remplir.

La chanteuse entre de bonnes mains ?

Régulièrement depuis douze ans, les fans de celle dont les chansons ont fait l'objet d'une comédie musicale font part de leur inquiétude concernant leur idole via le hashtag #freebritney ("libérer Britney"). Un mot-clé omniprésent sous les publications de la star en ce mois de juillet 2020, en raison de la nouvelle audition judiciaire liée à sa tutelle. La plupart des fans de l'interprète de Baby One More Time réclame juste que cette dernière retrouve l'entièreté de ses droits. Mais d'autres pensent que Britney Spears est volontairement présentée comme instable par des personnes souhaitant profiter de sa fortune, son père en tête. Dans ses publications, ses titres, ses clips, ses chorégraphies, ils pensent voir des indices de sa "captivité" et des appels à l'aide dissimulés.

Lors de l'audience de ce mercredi, Britney Spears ne s'est finalement pas présentée et Jamie Spears a simplement obtenu du juge que "tous les détails de la procédure soient à présent cachés du public", a rapporté 20 Minutes. Une nouvelle audience a été programmée au 19 août prochain.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.