Brigitte Macron évoque la difficulté de devenir maman

Brigitte Macron évoque la difficulté de devenir maman
Brigitte Macron dans les locaux d'Altice Media pour l'opération Pièces Jaunes, le 10 février 2020.

Dans une interview qu'elle a accordée au magazine Elle, Brigitte Macron est revenue sur un événement marquant de sa vie : son premier accouchement. La première dame a confié que la naissance de son fils avait été source d'angoisses et a appelé à "soutenir davantage les mères".Mère de trois enfants, Brigitte Macron a révélé au cours d'une interview publiée par le magazine Elle le 10 septembre 2020 qu'elle s'était sentie "démunie" à la naissance de son fils Sébastien. L'évocation d'un douloureux souvenir et l'occasion pour la première dame de faire la lumière sur les angoisses que peuvent ressentir les jeunes mamans après avoir accouché.

Selon Brigitte Macron, les jeunes mères ne sont pas suffisamment épaulées et préparées aux moments qui succèdent à l'accouchement. "On ne dit jamais à quel point une jeune mère peut être démunie, il faut pourtant en parler pour déculpabiliser les femmes", explique la première dame avant de livrer son expérience personnelle lorsqu'elle a accouché pour la première fois : "À 21 ans, juste après la naissance de mon premier enfant, j'étais devant la maternité en train d'attendre son papa pour rentrer à la maison, et j'ai voulu faire demi-tour, courir me réfugier à la maternité. Je me demandais : 'Comment je vais faire ?' J'avais peur de ne pas savoir, peur qu'il ne lui arrive quelque chose." Des angoisses que les médecins qu'elle a consultés à l'époque ne sont pas parvenus à apaiser.

"Être maman pour la première fois, c'est dur et personne ne le dit !"

Quand son fils a "passé ses trois premières semaines à hurler nuit et jour", Brigitte Macron a consulté différents médecins. "Cet enfant n'a rien, vous lui transmettez vos angoisses", s'était alors entendu répondre la jeune maman. Pourtant, quelque temps plus tard un problème médical a été identifié chez le nourrisson, qui a dû subir une intervention chirurgicale. Une situation terrible à laquelle celle qui s'engage aujourd'hui dans l'humanitaire n'était pas préparée : "Être maman pour la première fois, c'est dur et personne ne le dit ! On entend seulement : 'C'est merveilleux.' On imagine que toutes les autres mères y arrivent dans la joie et l'allégresse, et on culpabilise dans une solitude immense. On peut se sentir écrasée par cette responsabilité." Et l'épouse d'Emmanuel Macron de conclure : "Protéger les enfants, c'est aussi soutenir davantage les mères, cesser de les culpabiliser."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.