Brigitte Bardot se confesse sur le traumatisme que fut la naissance de son fils

Brigitte Bardot se confesse sur le traumatisme que fut la naissance de son fils
Brigitte Bardot avec ses chiens à Saint-Tropez, le 1er mai 1995.

L'icône Brigitte Bardot s'est livrée pour Point de Vue sur le bouleversement que la naissance de son fils Nicolas-Jacques Charrier a été dans sa vie. Pour elle, cet événement a été vécu comme un "drame". Mère et fils ne se fréquentent plus aujourd'hui.

Dans le numéro de Point de Vue publié le 5 août 2020, la grande défenseuse des animaux, Brigitte Bardot, s'est livrée à Anne-Cécile Huprelle sur la naissance de son fils. Nicolas-Jacques Charrier est né en 1960 de l'union entre B.B. et Jacques Charrier, artiste et acteur-réalisateur, qui étaient mariés de 1959 à 1962. La plus légendaire des Tropéziennes avait déjà avoué à la télévision qu'elle était "devenue mère exactement quand il ne le fallait pas". "Je l'ai vécu comme un drame. Ça a fait deux malheureux : mon fils et moi", avait-elle confessé.

"Je n'ai jamais eu d'instinct maternel"

Dans Point de Vue, Brigitte Bardot commence par développer sur "l'hystérie autour (d'elle)" à la naissance de son enfant. "C'était de la folie", a-t-elle expliqué, continuant sur l'intérêt que cela créait : "La chambre d'accouchement installée dans ma maison, les photographes derrière les fenêtres, ceux qui se déguisaient en médecins pour me surprendre. Il n'y avait aucune intimité. C'était terrible." Un accouchement qui a conduit à une relation mère-fils très froide : "J'ai associé la naissance de mon fils à ce traumatisme. Et c'est Nicolas qui en a porté les conséquences."

Dans l'autobiographie de l'ex-comédienne ("Initiales B.B." sorti en 1996), l'ex-femme de Roger Vadim parlait déjà de cette grossesse et de l'enfance de Nicolas : "C'était comme une tumeur qui s'était nourrie de moi, que j'avais portée dans ma chair tuméfiée, n'attendant que le moment béni où l'on m'en débarrasserait enfin. Le cauchemar arrivé à son paroxysme, il fallait que j'assume à vie l'objet de mon malheur."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.