Booder atteint d'une maladie génétique ? Il rétablit la vérité

Booder atteint d'une maladie génétique ? Il rétablit la vérité
Booder durant le 15e Festival international du film de comédie de l'Alpe d'Huez, le 19 janvier 2012.

Comédien au physique atypique, Booder en a assez d'entendre circuler les rumeurs les plus folles à son sujet. Il a récemment décidé de briser le silence et de rétablir la vérité en publiant son autobiographie : "Un Bout d'air". Dans ce livre paru le 3 septembre 2020, l'artiste revient sur sa prétendue maladie.

Booder est-il, comme l'affirment de nombreuses sources, atteint d'une maladie génétique ? Reçu par Jean-Marc Morandini sur CNEWS le mercredi 16 septembre à l'occasion de la promotion de son autobiographie parue aux éditions Hugo Doc, l'humoriste hors normes a tenu à faire taire les rumeurs.

"Quand on tape Booder sur Google, on trouve 'Booder maladie' !"

Depuis plusieurs années, le public et les médias ont prêté à Booder bien des maladies. À l'image du journal Libération qui en 2011 publiait notamment : "Booder est affecté d'une maladie génétique sur laquelle il n'épilogue pas." Des spéculations qui se retrouvent également sur Internet et dont s'étonne l'artiste : "J'ai voulu raconter ma vie parce que d'autres la racontent à ma place, sur les moteurs de recherche. On me prête des maladies bizarres. Quand on tape Booder sur Google, on trouve 'Booder maladie' !" Le comédien souvent coiffé d'un bonnet blanc a tenu à clarifier les choses : "Je ne suis pas malade, je suis en pleine forme !"

Et si Booder a décidé d'en finir avec les racontars affirmant qu'il était atteint par la maladie de Maroteaux-Lamy, c'est parce que le sujet est plus grave qu'on ne le pense : "Ça a commencé à moins me faire rire quand j'ai rencontré des parents qui avaient des enfants qui étaient vraiment touchés par cette maladie-là. Ils me demandaient : 'Booder, comment tu as fait pour surmonter cette maladie ?' C'est très compliqué de parler avec des parents en détresse, de leur dire 'Non, je ne suis pas malade'. Il fallait accompagner, discuter, et dire vraiment que je ne suis pas malade." Désormais, les choses sont claires.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.