Bernard Tapie se confie sur son cancer : "C'est un combat intérieur"

Bernard Tapie se confie sur son cancer : "C'est un combat intérieur"
Bernard Tapie lors de la plaidoirie des avocats de la défense au Tribunal de Paris, le 4 avril 2019.

Depuis plus de trois ans, Bernard Tapie souffre d'un cancer qui semble gagner du terrain. Pour autant, l'homme d'affaires et homme politique refuse de se laisser abattre. Invité le 31 janvier 2021 dans l'émission 20h30 Le dimanche, il s'est longuement confié sur son combat acharnée contre la maladie.

En septembre 2017, Bernard Tapie annonçait souffrir d'un cancer de l'estomac. Depuis, la maladie s'est étendue à son oesophage et à ses poumons. Si les choses semblent mal engagées, l'homme de 78 ans refuse de se dire condamné. "On attend, on cherche... Les traitements qui étaient efficaces ont fait leurs preuves. J'avais perdu 75% de mes tumeurs et, en deux mois, elles avaient doublé avec des métastases", a-t-il déclaré face à Laurent Delahousse. Pour l'homme d'affaires, ce combat n'est qu'une question d'introspection. "La tête, elle aide, mais la vérité, c'est que c'est un combat intérieur. Entre qui et qui ? Des tumeurs qui vous sont hostiles, mais qui sont les vôtres, et votre système immunitaire. Comment fonctionne-t-il ? À l'énergie ! Si l'énergie que vous avez est plus forte que l'énergie de votre tumeur, vous allez gagner", a-t-il continué.

Un message qui rassure

Conscient de ne pas être le seul à souffrir, Bernard Tapie a notamment souhaité adresser un message rassurant à ceux qui sont aussi rongé par le cancer. "Ce que les cancéreux doivent savoir, c'est qu'il y a un nombre incroyable de petits laboratoires qui travaillent sur les nouvelles molécules. Et en huit jours de temps, ils peuvent trouver. On vous fait un prélèvement, à tout le monde, pas qu'à Tapie, et on regarde la composition de votre cancer. (...) En analysant les tumeurs, on découvre exactement comment est composée cette tumeur. Et immédiatement, on regarde dans le monde quel est l'examen qui permettrait d'anéantir les tumeurs. Mais on ne l'a pas trouvé pour l'instant...", affirme-t-il avant d'assurer qu'il n'existe aucune sorte de favoritisme entre célébrités et anonymes : "En France, en général, et sur la santé en particulier, vous ne pourrez jamais convaincre un grand professeur de vous donner un truc s'il n'est pas capable de l'avoir pour votre voisin qui est personne. Ils ont cette éthique-là !"

Vos réactions doivent respecter nos CGU.