Bernard Tapie, malade : sa femme "ne sais pas comment il fait pour tenir"

Bernard Tapie, malade : sa femme "ne sais pas comment il fait pour tenir"
Bernard Tapie lors de la plaidoirie des avocats de la défense au Tribunal de Paris, le 4 avril 2019.

Début avril 2019, l'homme d'affaires a appris qu'il risquait 5 ans de prison ferme dans le cadre de l'affaire du Crédit Lyonnais. Une mauvaise nouvelle pour celui qui lutte contre un cancer de l'estomac et de l'oesophage depuis des mois. Heureusement, il peut compter sur le soutien de son épouse, Dominique Tapie.

C'est le 9 juillet que le tribunal correctionnel de Paris rendra son jugement concernant Bernard Tapie. En attendant, ce dernier continue de se battre contre la maladie. Une situation qui ne manque pas de tourmenter son épouse, Dominique, ce qu'elle explique dans les pages du magazine Paris Match, en kiosque ce jeudi 11 avril 2019. "Ce qui m'inquiète par-dessus tout, aujourd'hui, c'est sa santé. Il est soumis à tellement de stress, je ne sais pas comment il fait pour tenir", confie-t-elle.

"Il a une force mentale et physique hors du commun"

L'épouse de l'ancien président de l'OM en dit plus sur le quotidien du couple qu'ils forment depuis plus de quatre décennies : "On gère au jour le jour, en essayant de profiter au maximum de chaque instant. Combien de temps encore va-t-il pouvoir tenir ? Je croise les doigts. Il a une force mentale et physique hors du commun." Se voulant rassurante, Dominique Tapie précise que son mari "fait l'aller-retour à la campagne à vélo", tous les week-ends. "46 kilomètres aller, 46 kilomètres retour, c'est ça qui le fait tenir", estime-t-elle.

Consciente que son homme "est très inquiet pour la suite", Dominique Tapie ne se laisse toutefois pas abattre : "Je reste très positive et je relativise énormément." Pour autant, pas simple de se projeter dans le futur. "Ce qui le fait vivre, c'est d'avoir des projets (il pense notamment au théâtre, ndlr). Comme on est très superstitieux, on n'ose pas imaginer trop de choses de peur qu'elles n'arrivent pas", conclut-elle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.