Bernard Pivot : après un tweet sur Greta Thunberg jugé sexiste, il se défend

Bernard Pivot : après un tweet sur Greta Thunberg jugé sexiste, il se défend
Bernard Pivot à la soirée inaugurale "Incroyable Grévin" au musée Grévin à Paris, le 14 février 2019.

Les propos du président de l'Académie Goncourt sur la jeune activiste suédoise ont choqué de nombreux internautes, lesquels ont crié au sexisme. Contacté par Libération, Bernard Pivot a clarifié son tweet, refusant de le supprimer.

Le discours de Greta Thunberg à l'ONU le 23 septembre 2019, dans lequel elle a condamné "l'inaction des politiques" face au changement climatique, a beaucoup fait réagir, notamment sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, ce mercredi 25 septembre, Bernard Pivot a publié un message à son sujet. Des propos qui n'ont pas fait rire tout le monde : "Dans ma génération, les garçons recherchaient les petites Suédoises qui avaient la réputation d'être moins coincées que les petites Françaises. J'imagine notre étonnement, notre trouille, si nous avions approché une Greta Thunberg..."

Un tweet largement partagé, mais qui a aussi été lourdement critiqué par les internautes, ces derniers soulignant le sexisme de ces propos, ainsi que l'âge de l'adolescente en question.

Un manque de précision

Interrogé à ce propos par le service CheckNews de Libération, Bernard Pivot a indiqué : "Je ne vais pas supprimer (mon message). Il y a des gens qui ne l'aiment pas, mais il y a aussi beaucoup de gens qui l'aiment." Et de se défendre de tout sexisme : "Simplement, dans ma génération, on courait plutôt les petites Anglaises ou les petites Suédoises, à tort ou à raison... J'imaginais l'adolescent que j'étais se retrouver en face de cette jeune fille. J'aurais été déboussolé, j'aurais eu la trouille. (...) Cette jeune de 16 ans est d'une maturité, d'une violence étonnante. Dans ma génération, il n'y avait pas de jeunes filles, ou même de jeunes garçons, comme ça."

Une clarification qu'il a ensuite décidé de publier sur Twitter, quelques heures plus tard : "Précisions. Je suis baba devant la verve, l'audace, la colère, la violence des propos de Greta Thunberg à l'ONU. Ce qu'elle ose est inouï. Imaginez notre étonnement, notre peur si, dans ma génération de gentils ados des années 1950 nous avions croisé cette jeune Suédoise furibarde."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.