Béatrice Dalle : "Quand mon mari taulard est sorti de prison, il m'a fracassée"

Béatrice Dalle : "Quand mon mari taulard est sorti de prison, il m'a fracassée"
Béatrice Dalle à la soirée des révélations des César 2019 au Petit Palais à Paris, le 14 janvier 2019.

Fabien Gallet

Dans un entretien croisé avec l'auteure Virginie Despentes et la rappeuse Casey, accordé au magazine Télérama en marge d'un spectacle féministe baptisé "Viril" mis en scène par David Bobée, l'actrice de 54 ans est revenu sur son passé de femme battue.

"Je refuse d'exterminer les hommes. Je les aime trop", a assuré Béatrice Dalle dans les pages du magazine Télérama, en kiosque ce mercredi 17 avril 2019. Pourtant, l'un d'eux s'est montré très violent à son égard. Si, évoquant les mouvements #MeToo et Balance ton porc, la comédienne a confié n'avoir "jamais" été "harcelée" - "La reconnaissance a été si immédiate après mon premier film, '37°2 le matin', de Beineix, en 1986, qu'on m'a tout de suite parlé comme à un patron", s'est-elle amusée -, elle a confirmé avoir été frappée.

"Mes copains se sont chargés de lui faire sa fête"

Comment l'actrice en est-elle venue à aborder ce sujet ? Tout simplement après une remarque de Virginie Despentes : "Toi, Béatrice, reconnais que personne n'osait s'attaquer à la meuf du rappeur JoeyStarr..." Ce à quoi la principale intéressée a répondu, en toute honnêteté : "Et pourtant j'ai été une femme battue !" Et de préciser : "Quand mon mari taulard - un vrai camaïeu de bad boy, mais c'est vrai je n'ai jamais été sectaire de ce côté-là... - est sorti de prison, il m'a fracassée ! Évidemment, ni une ni deux, je me suis barrée."

A-t-elle seulement pensé à le dénoncer aux autorités ? "Non. Je l'aimais", a avoué Béatrice Dalle avant de donner les raisons de ce choix : "Car c'était aussi une formidable histoire d'amour. Violence et amour sont souvent inextricablement mêlés, et pas si simples à expliquer. Mais mes copains se sont chargés de lui faire sa fête... Et ils ne l'ont pas raté."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.