Arielle Dombasle : son astuce improbable pour ne pas payer ses PV

Arielle Dombasle : son astuce improbable pour ne pas payer ses PV
Arielle Dombasle lors de la 11e édition du festival du Film Francophone d'Angoulême, le 25 août 2018.

Fabien Gallet

Invitée au micro de RTL dans l'émission On refait la télé, l'épouse de Bernard-Henri Lévy a avoué avoir longtemps fraudé pour ne pas avoir à payer les contraventions reçues après ses infractions au code de la route.

Arielle Dombasle n'est jamais avare en confidences. La preuve, dimanche 21 octobre 2018, sur RTL, elle a révélé que Salvador Dali avait "voulu peindre (ses) fesses". Mais c'est une autre anecdote qui a pu davantage surprendre les auditeurs : la comédienne avait son truc à elle pour ne jamais payer ses amendes. "J'ai conduit depuis l'âge de 12 ans de grandes Chevrolet au Mexique, sans permis évidemment", a-t-elle d'abord confié, précisant qu'à l'époque elle roulait "à fond la caisse". De mauvaises habitudes de conduite conservées à son arrivée en France. "J'ai continué un moment mais ça s'est très mal terminé", a-t-elle poursuivi.

Une astuce mortelle

En effet, Arielle Dombasle a vite reçu "une somme de contraventions phénoménale" pour s'être "stationnée un peu n'importe où" dans Paris, notamment la nuit. Des amendes "méritées" selon la diva qui a admis ne jamais payer ses contraventions : "Quand je recevais le petit papier rose, je le renvoyais en marquant : 'Décédée'". Un choix surprenant étant donné qu'elle jouissait déjà d'une certaine renommée. "Le temps que les ordinateurs comprennent tout ça, ça me laissait le temps de ne pas payer", a-t-elle ajouté.

Elle qui pensait pouvoir bénéficier d'une prescription a donc eu la mauvaise surprise de voir les amendes "s'accumuler" et se "multiplier". "C'était horrible !", a-t-elle concédé, avouant même avoir été emmenée au commissariat pour défaut de paiement. "Du coup je ne conduis plus. J'ai un chauffeur et c'est beaucoup mieux comme ça !", a conclu Arielle Dombasle, amusée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.