Anne-Sophie Lapix bloquée près de 24h dans un TGV : elle raconte

Anne-Sophie Lapix bloquée près de 24h dans un TGV : elle raconte
Anne-Sophie Lapix à la montée des marches du 64e Festival de Cannes, le 15 mai 2011.

La présentatrice Anne-Sophie Lapix a été bloquée ce week-end dans un train pendant près de 24 heures. Une mésaventure dont elle se serait bien passée et qu'elle a racontée au micro de Thomas Sotto sur RTL.

La présentatrice du 20 heures de France 2 a bien failli rater son JT du soir du lundi 31 août 2020. En effet, la Basque de 48 ans a pris un train partant de Hendaye (Pyrénées-Atlantique) en direction de Paris le dimanche 30 août. Seulement voilà, ce train qui aurait dû rejoindre Paris en quelques heures aura finalement mis 22 heures pour atteindre sa destination. Elle a tout expliqué à son confrère Thomas Sotto au micro de RTL.

"On ne vous dit pas tout de suite que ça va être 24 heures, c'est ça le piège"

Partie en week-end sur sa côte basque natale, Anne-Sophie Lapix a eu la malchance, ainsi que les autres voyageurs de ce train 8538, de voir son trajet se prolonger longuement... Elle est montée à bord du train dimanche vers midi et les ennuis ne se sont pas fait attendre. Elle explique : "Je devais partir à midi, nous sommes déjà partis avec 2 heures et demie de retard, donc à 14h30."Si elle devait initialement mettre le pied à quai à la gare Montparnasse à 16h21, le même jour, il n'en était rien. Elle développe à propos de cette longue expérience : "C'est très long évidemment. Je n'ai absolument pas réussi à dormir parce qu'on ne vous dit pas tout de suite que ça va être 24 heures, c'est ça le piège. On a cru à chaque fois que l'incident allait durer quelques minutes." En cause, comme le rappelle RTL, des caténaires arrachées paralysant les voies ferrées entre le Pays basque et Bordeaux.

La femme du publicitaire Arthur Sadoun continue de mentionner les différents problèmes qui ont mis à mal ce trajet. Si au début les passagers ont gardé leur calme pensant que cela se réglerait rapidement, "il y a eu un petit peu de stress notamment de la part des familles (...) Les enfants, au bout d'un moment, étaient un peu excités, ils commençaient à pleurer. Il n'y avait pas d'eau dans le train. Il y a eu une distribution de petites bouteilles au tout début mais ça ne suffisait pas (...), le wagon-restaurant a vite été vide donc c'est là que ça a commencé à être un peu tendu."

La journaliste ne manque pas de rappeler tout le travail opéré par les agents de la SNCF qui ont "très bien géré" la situation. Anne-Sophie Lapix est finalement arrivée à temps pour préparer son JT, où ce retard fut même mentionné.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.