Anne-Claire Coudray : cette frayeur qu'elle a faite aux téléspectateurs

Anne-Claire Coudray : cette frayeur qu'elle a faite aux téléspectateurs
Anne-Claire Coudray lors de la conférence de presse de "La Flamme Marie Claire" à l'Hôtel Le Marois à Paris, le 7 juin 2017.

Samedi 20 juin 2020, TF1 diffusait le spectacle de Jeff Panacloc enregistré à Nantes en janvier dernier. Mais alors que la soirée était placée sous le signe de l'humour, son lancement par Anne-Claire Coudray a inquiété des milliers de téléspectateurs. Explications.

Chaque week-end, depuis qu'elle a succédé à Claire Chazal, Anne-Claire Coudray présente le JT de 20h sur TF1. Mais samedi 20 juin, à 21h10, les téléspectateurs ont eu la surprise d'entendre à nouveau le générique du journal. La surprise, ou plutôt la frayeur, puisque les flashs infos sont généralement utilisés pour annoncer de très mauvaises nouvelles. Cette nouvelle intervention de la journaliste, qui était censée faire rire le public, n'a donc pas eu le résultat escompté.

Une mauvaise blague

"Pardon, je reviens un instant car je crois que j'ai commis un énorme impair, j'ai oublié Jean-Marc !", a simplement annoncé Anne-Claire Coudray, en faisant référence à la marionnette du ventriloque Jeff Panacloc. Et de poursuivre avant que le one man show ne commence : "Heureusement, je sais qu'il n'est pas susceptible. Alors, voilà, tout de suite Jeff Panacloc et l'indispensable, le subtil, le si séduisant Jean-Marc que j'embrasse évidemment très fort, belle soirée à vous."

Sur Twitter, plusieurs téléspectateurs ont fait part de leur belle frayeur causée par cette deuxième intervention de la présentatrice. "Euh... Ils sont sérieux TF1 avec leur flash info avant Jeff Panacloc ? Ici, on a cru qu'il y avait un nouvel attentat, une deuxième vague Covid, un mort au gouvernement. Mais non, juste pour Jeff Panacloc", a ainsi écrit l'un d'eux. "Quand j'ai vu Anne-Claire Coudray, j'ai cru à l'arrivée imminente de la deuxième vague de Covid-19 en France et à un reconfinement immédiat pour deux mois !", peut-on également lire sur le réseau social.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.