Amélie Mauresmo donne son avis sur la GPA

Amélie Mauresmo donne son avis sur la GPA
Amélie Mauresmo lors de la cérémonie de tirage au sort de la Fed Cup au Palais des Sports de Marseille, le 5 février 2016.

Samedi 3 octobre 2020, dans On est en direct sur France 2, Amélie Mauresmo a accepté de parler un peu de sa vie privée. Elle a alors évoqué son coming out, l'homoparentalité mais aussi la gestation pour autrui (GPA), sur laquelle elle n'a pas encore un "avis très tranché".

Homosexuelle et mère de deux enfants, la championne de tennis Amélie Mauresmo est devenue, malgré elle, une icône de l'homoparentalité. Néanmoins, "être porte-parole d'une cause aussi importante que celle-là", elle ne "le sen(t) pas aujourd'hui". La faute à son coming out qui a fait beaucoup de bruit : "Ça fait maintenant plus de 20 ans que j'ai exposé ma vie privée et que j'ai fait mon coming out. Et j'en ai pris plein la tronche (...) J'ai du mal maintenant même si ça me paraît très naturel que toutes les femmes aient le droit d'être maman."

La GPA ? "J'ai besoin d'en discuter encore"

Amélie Mauresmo a eu recours à la PMA (procréation médicalement assistée) pour pouvoir tomber enceinte de ses deux enfants, Aaron (né en 2015) et Ayla (née en 2017). Si elle est pour l'ouverture de cette technique à toutes les femmes, la coach du joueur français Lucas Pouille se montre, en revanche, plus réservée concernant la GPA (gestation pour autrui).

Dans On est en direct, lorsque Laurent Ruquier a abordé ce sujet, l'ancienne numéro un mondiale a en effet déclaré : "Je ne suis pas certaine de tout ça. J'ai besoin d'en discuter encore. Je n'ai pas un avis très tranché." Et de nuancer : "Je pense que si tout ça est très bien encadré, il n'y a pas de raison (de dire non)."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.