Alexandre Brasseur évoque son père, Claude, et la difficulté d'être "fils de"

Alexandre Brasseur évoque son père, Claude, et la difficulté d'être "fils de"
Alexandre Brasseur lors du vernissage de l'exposition "Harry Potter" à la Cité du Cinéma à Saint-Denis, le 2 avril 2015.

Il est, depuis deux ans, l'une des stars de la série "Demain nous appartient" diffusée sur TF1. Mais avant de trouver sa voie qui l'a amené aussi bien à la télévision qu'au théâtre, Alexandre Brasseur a connu la difficulté de se construire dans l'ombre de son père, le comédien Claude Brasseur.

"Je hais l'expression 'fils de'", indique Alexandre Brasseur dans une interview accordée à Paris Match et parue le 13 juillet 2019. Bien que "très proche" de son père Claude, avec lequel il a "toujours énormément parlé", celui qui donne la réplique à Ingrid Chauvin dans "Demain nous appartient" ne souhaite pas être considéré comme un héritier. "Naître Brasseur ne m'a pas donné plus d'outils qu'un autre, mais a levé un coin du voile, souligne-t-il. Cela dit, il y a des tas d'acteurs merveilleux dont le papa est pharmacien. C'est la beauté de l'exercice : il n'y a pas de règle."

Grandir sans "faire de vagues"

Ce fils unique a grandi à la campagne, près de Pontoise, pendant que son père enchaînait les succès. Il se souvient : "À la campagne, on était vraiment pointés du doigt. Évidemment, je n'allais pas à l'école en carrosse, mais je restais le fils de Brasseur. Au village, ça jasait."

Alors, pour ne pas trop attirer les remarques, Alexandre Brasseur a appris à rester dans l'ombre. "Justement parce que mon père était numéro un, qu'on se retournait sur lui, que ça soulevait de la poussière partout où il passait, je me faisais discret. Peut-être trop, admet-il aujourd'hui. Se faire petit, ne pas faire de vagues... À l'école, on me disait toujours : 'Ce n'est pas parce que t'es le 'fils de' que tu peux tout te permettre !'"

Vos réactions doivent respecter nos CGU.