Alain-Fabien Delon évoque l'AVC de son père : "J'ai eu très peur de le perdre"

Alain-Fabien Delon évoque l'AVC de son père : "J'ai eu très peur de le perdre"
Alain-Fabien Delon au village lors des internationaux de France de tennis de Roland Garros à Paris, le 28 mai 2019.

Il y a presque deux ans, l'illustre Alain Delon était foudroyé par un accident vasculaire cérébral. Aujourd'hui remis, l'acteur continue cependant sa convalescence, entouré de sa famille. Mais l'incident a laissé des traces... notamment dans l'esprit de son fils cadet Alain-Fabien, qui s'est confié dimanche 14 mars 2021 dans l'émission Sept à Huit.

Longtemps en froid, Alain-Fabien Delon et son père ont finalement décidé d'enterrer la hache de guerre. Désormais apaisée, leur relation est beaucoup plus sereine. Et pour cause : le jeune homme de 26 ans a eu "très peur" de perdre son père, suite à son AVC en 2019. "Ça fait de la peine de voir un homme qui, toute ma vie, m'a marqué par sa puissance. En fait, c'est la puissance. Au-delà d'être mon père et au-delà de qui il est, c'est juste, quand il rentre dans la pièce, tout le monde s'arrête. C'est net ! C'est un homme qui incarne la montagne, le mur incassable. (...) Et là, tout s'écroule. Donc, vous êtes perdu. Je me suis senti comme un vrai gamin. Ça m'a vraiment choqué. Pour moi, il n'allait plus revenir. Je n'arrivais pas à m'imaginer autre chose. (...) Tu vois ton père que tu aimes plus que tout et qui est relié à des machines... C'était assez violent", confie-t-il dans un court extrait de l'interview révélé sur Twitter.

"Ça nous a ressoudés"

En effet, pendant de longues années, Alain-Fabien a été le vilain petit canard de la famille. Rebelle et habitué aux frasques, il a longtemps été considéré comme le "petit branleur" du clan Delon. Mais aujourd'hui, le jeune acteur a gagné en maturité et a tenu a apaiser ses liens familiaux, notamment pour soutenir son père durant cette période difficile. "Ça a radicalement changé. La famille Delon, dans l'hôpital par terre, en train de pleurer à deux heures du mat', je n'avais jamais vu ! Et je n'aurais jamais cru le voir un jour. Ça nous a ressoudés. Depuis, j'entretiens une relation beaucoup moins houleuse avec mon père, beaucoup plus ouverte et beaucoup plus agréable. Une relation père-fils plus ou moins normale", conclut-il avec émotion avant d'ajouter que son père "revient de loin" mais qu'il "va très bien pour un mec de 86 ans".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.