Alain Bashung : sa mère a essayé, seule, de mettre fin à sa grossesse

Alain Bashung : sa mère a essayé, seule, de mettre fin à sa grossesse
Alain Bashung sur scène en 2007.

Fabien Gallet

Le magazine Gala a donné la parole à Chloé Mons, la veuve du chanteur décédé il y a près de dix ans. L'occasion de revenir sur le passé difficile d'Alain Bashung, lui l'enfant non désiré.

Le 23 novembre 2018 sortira "En amont", premier album posthume de l'artiste emporté par un cancer en mars 2009. Avant sa sortie et alors qu'une biographie dédiée à son défunt époux est parue le 18 octobre, Chloé Mons dresse le portrait de l'interprète de Osez, Joséphine, dans les pages de Gala, revenant notamment sur son enfance tumultueuse. "Elle n'était pas joyeuse du tout. C'était une enfance déracinée", a-t-elle expliqué avant de poursuivre : "Il ne connaissait pas son père biologique et quand, par la suite, sa mère a épousé Roger, et que ce dernier l'a reconnu, il a été confié à ses grands-parents adoptifs. Il s'est retrouvé dans un environnement austère, dur. On l'appelait très souvent 'le bâtard'."

Alain Bashung, ce "rescapé"

Une enfance loin d'être heureuse donc, mais qui aurait pu ne pas être du tout. Et pour cause, le chanteur a bien failli ne jamais voir le jour, comme le précise Gala, reprenant les informations du livre "Alain Bashung, sa belle entreprise", signé Stéphane Deschamps. "Quand sa mère, Geneviève, a réalisé qu'elle était enceinte, à 22 ans, elle a essayé de s'avorter elle-même", apprend-on. Heureusement, cette dernière "sera hospitalisée en urgence et l'enfant survivra".

En "éternel rescapé", pour rependre les termes de Stéphane Deschamps, Alain Bashung se construira toutefois avec des "failles" et des "manques affectifs", estime Chloé Mons, laquelle admet n'avoir jamais rencontré la famille de celui qu'elle a épousé au début des années 2000 : "Quand je suis arrivée dans sa vie, sa mère était déjà décédée et sa grand-mère aussi, mais il avait coupé les ponts avec les siens depuis l'adolescence. Il n'a plus jamais vu personne." Et la chanteuse de conclure : "C'était quelqu'un de très radical. Quand c'était fini, c'était fini."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.