Affaire Richard Berry : Marilou Berry défend Coline coûte que coûte

Affaire Richard Berry : Marilou Berry défend Coline coûte que coûte
Marilou Berry lors du lancement de l'Instax Mini Link de Fujifilm à Paris, le 10 décembre 2019.

Depuis que les accusations d'inceste visant Richard Berry ont éclaté au grand jour, chaque membre de la famille Berry a choisi son camp. C'est aussi le cas de Marilou Berry qui n'a pas hésité une seule seconde à se ranger du côté de sa cousine Coline. Dans un entretien accordé à Paris Match, la comédienne a expliqué pourquoi elle ne cessera jamais de la défendre.

C'est via une story Instagram le 3 février 2021 que Marilou Berry a publiquement affiché son soutien à sa cousine, Coline, qui a accusé son père Richard Berry d'avoir abusé d'elle lorsqu'elle était enfant. Scandalisé par de tels propos, l'acteur de 70 ans nie fermement les faits et accuse sa fille d'être folle. Pourtant, la fille de Josiane Balasko n'en démord pas : elle est convaincue de la véracité des propos de sa cousine. "C'est une fille brillante, la seule de la famille à avoir suivi des études. Nous étions en admiration devant elle. Elle a un master en philosophie, son professeur cite sa thèse en exemple. Coline n'est pas folle ! On exige des expertises psychiatriques ? Qu'elles aient lieu !", assène-t-elle dans les colonnes de Paris Match.

"Ma cousine n'a ni ajouté, ni modifié son témoignage"

Pourtant, Marilou Berry avoue n'avoir aucune preuve concrète de la culpabilité de son oncle, si ce n'est que le scandale - qui avait déjà été mis à jour en 2014 - ne cesse d'être contourné par le célèbre acteur. "La seule chose dont je peux témoigner c'est que depuis sept ans, mon oncle déploie une énergie incroyable pour faire passer Coline pour une folle", martèle celle qui joue actuellement dans la série "Je te promets", diffusée sur TF1. "J'insiste. Ma cousine n'a ni ajouté, ni modifié son témoignage. Tous les mots sont les mêmes. Depuis sept ans", conclut-elle finalement. Affaire à suivre...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.