Adriana Karembeu, enceinte, avait "chaque jour" peur de perdre son bébé

Adriana Karembeu, enceinte, avait "chaque jour" peur de perdre son bébé
Adriana Karembeu à la générale de la comédie musicale "Grease" au Théâtre Mogador à Paris le 28 septembre 2017.

Solène Filly

Depuis la naissance de sa fille, Adriana Karembeu est aux anges. Mais pendant sa grossesse, elle était constamment angoissée, craignant de perdre son bébé.

L'arrivée de la petite Nina le 17 août 2018 a été vécue comme un véritable "miracle" pour Adriana Karembeu, comme elle l'a confié au magazine Nous Deux. Et pour cause, l'ancienne mannequin a eu beaucoup de mal à tomber enceinte et a été très marquée par sa fausse couche, en 2016. Cette grossesse, elle la considérait donc un peu comme sa "dernière chance" de devenir maman : "Quand on tente deux fécondations in vitro à 46 ans, on tremble tous les jours par peur de l'échec."

"Une crainte très violente"

Les neufs mois avant l'arrivée de sa fille, Adriana Karembeu les a passés dans l'angoisse. "À cause de mon âge, j'ai eu peur de perdre mon bébé chaque jour, jusqu'au dernier. C'était une crainte très violente qui me prenait aux tripes", a-t-elle confié. Une peur qu'elle a souhaité garder pour elle, ne voulant pas inquiéter son compagnon, l'homme d'affaires André Hoanian : "Je ne voulais pas (lui) communiquer mes angoisses."

Heureusement, tout cela est désormais derrière elle. Adriana Karembeu peut donc profiter pleinement du bonheur d'être mère, même s'il lui arrive évidemment encore de s'inquiéter : "J'ai la chance d'avoir une fille qui ne pleure jamais. Je veux la rendre heureuse, mais ce n'est pas bon d'étouffer un enfant avec ses angoisses. Je suis une maman inquiète et très présente."

En tout cas, cette petite Nina ne risque pas de manquer d'attention. "J'ai toujours pensé qu'un enfant devait être le symbole de l'amour que j'ai pour mon mari, et Nina ressemble tellement à Aram que j'ai l'impression d'avoir mon homme en miniature à la maison", s'est-elle amusée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.