Adeline Blondieau raconte comment son burn-out a éloigné son fils

Adeline Blondieau raconte comment son burn-out a éloigné son fils
Adeline Blondieau à la 34e Fête des Tuileries à Paris, le 3 juin 2017.

Adeline Blondieau a eu de nombreuses vies : actrice, scénariste, animatrice et même épouse de Johnny Hallyday. Aujourd'hui sortie d'un burn-out, c'est une nouvelle vie qui commence pour cette maman de deux enfants qui a raconté à Ici Paris cette période où elle a failli tout perdre.

Certains l'ont découverte dans "Les filles d'à coté" ou bien dans "Sous le soleil". D'autres l'ont repérée au bras de Johnny au début des années 1990, ou bien encore en tant qu'animatrice à la télévision ou à la radio. Alors qu'une nouvelle vie commence pour elle, Adeline Blondieau est revenue dans les colonnes d'Ici Paris, le 29 avril 2020, sur une période douloureuse de sa vie.

Sa récente reconversion en tant que sophrologue trouve sa source dans un épisode douloureux de la vie de la comédienne. En 2009, Adeline Blondieau a en effet été victime d'un burn-out : "Il s'est déclaré car j'ai trop travaillé et que je n'ai pas suffisamment eu de gratification. Quand le décalage entre ce que tu donnes et ce que tu reçois est trop important ça te bousille." Au cours de ce passage à vide, les dommages collatéraux ont été nombreux : 12 kilos en moins, l'impossibilité de marcher, une dépression nerveuse et même l'éloignement de son fils Aïtor.

"J'ai décidé de m'en sortir"

"Mon fils ne voulait plus me voir, je lui faisais peur (...) Une fois la colère passée, j'ai décidé de m'en sortir. De redevenir la mère que j'étais", explique-t-elle à Ici Paris. Aujourd'hui, les choses vont mieux, et la maman de 49 ans a même ouvert son cabinet de sophrologie dans le IXe arrondissement de Paris. Et si Aïtor n'est aujourd'hui pas confiné avec elle, c'est simplement parce qu'il est "resté en région parisienne pour s'occuper des animaux", comme elle le révèle à l'hebdo avant de conclure : "Il me manque beaucoup mais on s'appelle en visio très régulièrement."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.