Actu people

"Elle avait mal et n'en pouvait plus" : Carla Bruni et Nicolas Sarkozy face à une "piteuse" situation très gênante

Au cours de son mandat présidentiel, Nicolas Sarkozy a vécu une situation embarrassante avec son épouse Carla Bruni Nicolas Sarkozy et sa femme Carla Bruni - Arrivées en l'église Saint-Sulpice pour les obsèques de l'ancien président de la République Jacques Chirac à Paris. Un service solennel sera présidé par le président de la République. © Dominique Jacovides / Bestimage - © BestImage, Dominique Jacovides / Bestimage

Le 27 avril 2009, près de deux ans après son arrivée à l'Elysée, Nicolas Sarkozy a été invité par Juan Carlos , alors roi d'Espagne, a partagé un grand dîner d'état au Palais royal situé à Madrid. Un évènement mondain auquel le chef de l'Etat français de l'époque ne s'est pas rendu seul mais accompagné de son épouse, la première dame Carla Bruni Sarkozy. Une grande soirée sur laquelle Nicolas Sarkozy revient dans son nouveau livre Le Temps des combats disponible depuis hier aux édition Fayard.

L'ancien président de la République se souvient de ce dîner d'Etat au cours duquel son épouse a fait très forte impression. "Il est vrai que Carla fut une première dame qui donna une image mondiale de l'élégance et de l'intelligence françaises. J'étais heureux de ce succès tellement mérité. Comme désormais elles paraissaient lointaines et dérisoires les critiques à propos de notre mariage", écrit-il dans Le Temps des combats. Carla Bruni Sarkozy était particulièrement scrutée et toute la presse espagnole avait fait de cette apparition officielle un match entre la chanteuse et mannequin et Letizia d'Espagne, alors encore princesse. Carla Bruni avait brillé par son élégance dans une longue robe sombre aux larges bretelles et qui avait laissé son dos dénudé. Ses longs cheveux étaient relevés et attachés.

A l'issue de ce dîner grandiose qui a duré très tard, le couple présidentiel français a regagné le palais qui leur avait été affecté, tout comme à la délégation française, une ancienne demeure du général Franco. Mais sur le chemin du retour, Nicolas Sarkozy et son épouse se sont retrouvés dans une situation pour le moins embarrassante. Un souvenir que l'ancien président raconte dans son nouveau livre.

Voir cette publication sur Instagram Une publication partage par Nicolas Sarkozy (@nicolassarkozy) Je finis, par pure maladresse, par la déchirer"Il y eut une scène cocasse quand nous regagnâmes notre lieu de résidence dans la voiture blindée qui nous emmenait à très vive allure à travers les rues de Madrid, débute Nicolas Sarkozy. Carla avait une robe qui lui serrait douloureusement l'épaule et la faisait souffrir jusqu'à la blesser. (...) Elle avait mal et n'en pouvait plus. Elle me demanda, à peine étions-nous dans le petit habitacle de notre véhicule, de dégrafer en urgence le haut de sa robe." Aux petits soins pour son épouse, celui qui était alors président et était lui-même étriqué dans son costume s'exécuta, enfin essaya... "Pour des raisons de sécurité, le convoi roulait à près de cent kilomètres à l'heure. Nous étions ballotés d'un coin à l'autre de la voiture, c'était très inconfortable. Les deux policiers espagnols à l'avant du véhicule ne se retournèrent pas, par pudeur, alors que j'étais en train d'essayer d'enlever cette fichue agrafe ! Je finis, par pure maladresse, par la déchirer", continue de raconter Nicolas Sarkozy. Un imprévu qui fit bien rire le plus haut représentant de la France et son épouse : "Nous explosâmes alors de rire à l'idée que l'on puisse nous voir dans cette piteuse situation : Carla avec sa robe en partie dégrafée et moi avec mon noeud papillon qui s'était décroché durant la 'délicate' opération avec en prime le bouton de mon col de chemise qui avait volé en éclats." Finalement tout se termina bien, personne, hormis les deux policiers présents dans la voiture, ne remarqua cette situation gênante.Dans le Temps des combats, qu'il défendra ce soir sur le plateau du 20H de TF1, Nicolas Sarzozy entremêle ses souvenirs politiques et ses commentaires à des souvenirs personnels. Dans ce nouveau tome de ses mémoires, il y évoque notamment la naissance de sa fille Giulia le 19 octobre 2011, alors qu'il était en déplacement à Francfort, en Allemagne. Heureux d'avoir enfin une fille (il a trois grands garçons : Jean, Pierre et Louis), Nicolas Sarkozy avait trouvé avec son épouse un prénom en cas de nouveau garçon : Lorenzo. Car le couple avait souhaité garder la surprise jusqu'au bout et n'avait pas voulu pas connaître le sexe du bébé.

publié le 23 août, Lise Normandie , Purepeople

Liens commerciaux