Actu média

"On essaie de me faire passer pour une femme hystérique" : Laurence Bloch se défend sur le dossier Patrick Cohen

Laurence Bloch © Abaca

La suite du mélodrame chez Radio France. Le 27 mai dernier, le journaliste Patrick Cohen a expliqué avoir décidé de rompre sa collaboration avec le groupe radiophonique public. Alors qu'il était en négociations pour prendre la matinale de France Info laissée par Marc Fauvelle, parti chez France Inter, il aurait été éconduit. Selon lui, il s'agissait d'une "vendetta personnelle".

Deux raisons semblent avoir mené à cet incident, des points soulevés dans des discussions principalement centrées autour de Sibyle Veil, la patronne de Radio France, et Laurence Bloch, la directrice des antennes et de la stratégie éditoriale de Radio France. La première raison : si Patrick Cohen était mis aux manettes de la tranche stratégique du matin, il risquerait de faire trop de concurrence à la première radio de France.

Mais un événement plus personnel aurait aussi précipité les choses. Une querelle entre Laurence Bloch et Patrick Cohen datant de 2017. Cette dernière aurait mal vécu le départ du matinalier de France Inter en 2017 pour Europe 1 à l'époque. La plaie étant toujours ouverte, Laurence Bloch aurait mis sa démission dans la balance pour bloquer le recrutement. Des faits qu'elle a fermement contestés auprès du "Point".

"Je peux comprendre que Patrick Cohen soit déçu"

"On essaie de me faire passer pour une femme hystérique qui mettrait ses sentiments personnels au-dessus des intérêts des chaînes du groupe. C'est nier 40 ans de vie professionnelle et d'engagement pour le service public", a-t-elle assuré auprès de l'hebdomadaire. Elle a ensuite validé les propos de Sibyle Veil face aux salariés. Le 31 mai, la PDG s'était rendue face aux salariés pour défendre le choix de ne pas recruter Patrick Cohen. Elle avait reconnu qu'il avait été "très sérieusement envisagé", mais que "les discussions financières n'avaient pas abouti". En cause, plusieurs raisons dont un "très fort caractère", or, "la star, ça doit être l'info".

De son côté, Laurence Bloch s'est permis un petit tacle pour boucler son message. "Je peux comprendre que Patrick Cohen soit déçu, car France Info est un succès éclatant et une référence absolue portée par des équipes en or".

publié le 5 juin, Tom Kerkour, Puremédias

Liens commerciaux