Actu média

Jean-Michel Aphatie tacle l'interview d'Emmanuel Macron : "20h c'est la solennité ! 13h c'est juste avant la sieste !"

Jean-Michel Aphatie : "Je suis un père la morale et j'emmerde ceux que ça emmerde" © Abaca

Un choix qui surprend l'éditorialiste. Ce matin, TF1 et France 2 ont annoncé dans un communiqué commun qu'Emmanuel Macron répondra demain, dans les journaux de "13 Heures" aux questions de Marie-Sophie Lacarrau et Julian Bugier. Le président de la République réagira principalement aux semaines de manifestation en France contre la réforme des retraites, à l'utilisation de l'article 49.3 de la Constitution et aux motions de censure déposées par les députés et rejetées hier.

"13h, c'est juste avant la sieste"

"Après tous les épisodes tumultueux - 49.3, motion de censure réussie à neuf voix près -, le président va parler. Quand ? Mercredi, à 13h. Déjà, l'heure surprend", indique Jean-Michel Aphatie sur Twitter. Et de lâcher : "20h, c'est la solennité. 13h, c'est juste avant la sieste". Avant d'ajouter : "Où ça ? Dans les journaux de TF1 et France 2. Autrement dit, Emmanuel Macron ne sera pas président à son pupitre mais président assis dans un fauteuil acceptant de répondre aimablement aux questions posées".

"Ce ne sera pas Jupiter. Ce sera Modeste et Pompoms. Avant même de parler, quel message fait passer le président avec ce choix de communication. Et bien que la crise n'est pas si grave qu'on le dit. Qu'en tout cas, lui, la vit avec tranquillité. La loi est passée", critique-t-il, estimant qu'en choisissant les "13 Heures" de TF1 et France 2, les réponses du chef de l'Etat sont déjà connues : "Retirer (la loi) ? Vous rêvez mes bons amis. Et Elisabeth Borne ? Elle va rester, voyons. Pourquoi en changer ? Donc, le message d'avant le message, c'est : tout ne va pas si mal que ça".

"Il interviendra à 13h pépère"

Selon lui, en optant pour ce format d'entretien, "le président est serein" : "Il interviendra mercredi, à 13h, pépère, parce qu'au fond, selon lui, tout a l'air d'aller pas si mal que ça. D'où la conclusion, plus que jamais en situation : Etonnant, non ?".

publié le 21 mars, Florian Guadalupe, Puremédias

Liens commerciaux