Actu média

"Je n'ai pas les moyens de me la payer" : Matthieu Lartot, amputé de la jambe, dénonce le prix des meilleures prothèses

Matthieu Lartot © France 2

"Si ma parole peut avoir du poids, je vais la faire entendre sur ce sujet" lance Matthieu Lartot. Interrogé par nos confrères de "Télé 2 Semaines" à l'occasion de son retour sur les antennes de France Télévisions depuis son amputation de la jambe droite en juin dernier, le journaliste sportif de 43 ans est revenu sur le prix exorbitant des prothèses pour les personnes handicapées. Appareillé depuis le mardi 18 juillet par un genou mécanique, l'ancien rugbyman découvre la dure réalité des personnes porteuses d'un handicap moteur.

"C'est inadmissible"

"Je me prends de plein fouet le complexe du handicap dans ma vie de tous les jours et c'est inadmissible" a-t-il expliqué, révélant que "la meilleure prothèse de genou coûte 100.000 euros". "Je n'ai pas les moyens de me la payer, comme beaucoup d'autres malades du cancer" a-t-il déploré rappelant des propos qu'il avait donné au Parisien il y a quelques semaines. "C'est là qu'on voit que les trottoirs ne sont pas droits, qu'il faut gérer les pavés. (...) La vie de tous les jours n'est pas faite pour nous."

Une prise de parole qui a touché Florent Houzot, le directeur des antennes, des programmes et de la rédaction de BeinSports. "C'est honteux, tu as raison Matthieu, il faut le dénoncer mais ouvre une cagnotte on va te payer ta prothèse, tu mérites de ne pas être handicapé pour marcher" a posté sur X, ex-Twitter, le dirigeant français avant que l'ancien rugbyman ne le reprenne. "Je ne veux pas de cagnotte mais j'ai un projet en tête (notamment pour les jeunes amputés après un cancer). Il y a beaucoup de choses à faire...", a répondu Matthieu Lartot sans en dire plus sur la nature de son projet.

Dans les colonnes du magazine télé, Matthieu Lartot a de nouveau rappelé que sa récupération se passait idéalement. "Je ne pensais pas récupérer aussi rapidement, les kinés et les médecins non plus. Ils sont bluffés et surpris. C'est le scénario idéal", lâche celui qui fera une première apparition télévisée dans "Stade 2" sur France 3 le dimanche 3 septembre prochain avant d'apparaître plus régulièrement sur les antennes de France Télévisions à le rentrée pour commenter des matchs de l'Équipe de France de rugby dans le cadre de la Coupe du monde qui s'ouvrira le 8 septembre prochain.

publié le 24 août, Benjamin Rabier, Puremédias

Liens commerciaux