Actu média

Églantine Éméyé annonce la mort de son fils polyhandicapé à l'âge de 17 ans

Eglantine Emeye en 2018. © Abaca

"Mon Samychou, je t'aime... pour toujours. Ta maman a le coeur brisé, mais elle sait que tu n'auras plus jamais mal", écrit Eglantine Éméyé. Ce lundi 20 février 2023, sur , la comédienne et animatrice de télévision et de radio française annonce le décès de Samy, son fils polyhandicapé à l'âge de 17 ans.

"Cette nuit, mon petit ange s'est envolé vers les étoiles, après 13 jours de lutte"

Né en 2005, il avait fait un AVC, avant d'être diagnostiqué hémiplégique du côté gauche ainsi qu'autiste. "Cette nuit, à minuit, mon petit ange, mon voleur de brosses à dents, mon petit lion au regard si doux, s'est envolé vers les étoiles, après 13 jours de lutte. Je n'ai plus de mots...seulement une immense douleur, et l'amour infini que j'ai pour lui. Mon Samychou, je t'aime...pour toujours. Ta maman a le coeur brisé, mais elle sait que tu n'auras plus jamais mal", a-t-elle posté sur ses réseaux sociaux en partageant quelques photos de son regretté fils.

Animatrice sur le service public, Eglantine Émeyé avait médiatisé son combat de mère d'un enfant polyhandicapé en 2014 dans un documentaire diffusé sur France 5. Dans "Mon fils, un si long combat", la maman de Samy confiait pour la première fois sa difficulté à trouver un établissement d'accueil adapté aux besoins de son enfant. Finalement, l'adolescent avait été pris en charge par une structure spécialisée située à Hyères, dans le Var, à 900km de Paris.

Églantine Eméyé raconte son dur confinement sans son fils

Pendant le confinement, Eglantine Eméyé avait fait part de son désarroi de ne plus pouvoir aller rendre visite à son fils tous les 15 jours. "Tristesse. Je ne reverrais pas de sitôt mon fils handicapé, confiné loin de moi. Dur pour tous les deux mais encore plus pour lui qui ne comprend pas", avait-elle écrit sur Twitter avant d'expliquer quelques semaines plus tard, dans une interview à nos confrères de "Télé Star", comment elle avait réussi à conserver un contact avec lui : "Il est resté dans le Var, confiné dans la structure qui l'accueille à l'année. Je faisais beaucoup de vidéos pour lui expliquer ce qui se passait, je lui montrais 'maman avec le masque', 'maman sans le masque'".

publié le 20 février, Benjamin Rabier, Puremédias

Liens commerciaux