Textile éco-responsable : 60% des Français opposés à la mode non équitable

Textile éco-responsable : 60% des Français opposés à la mode non équitable
À contre-pied de la fast-fashion, les marques se tournent vers l'éco-responsable.

Constat sans appel pour les marques non équitables. La prise de conscience des consommateurs transparaît à travers les résultats d'une enquête de l'ONG Max Havelaar, partagés lors de la Fashion Revolution Week, lundi 19 avril 2021.

À contre-pied de la fast-fashion, les marques se tournent vers l'éco-responsable, pour préserver l'environnement et la main-d'oeuvre humaine d'une exploitation à outrance aux multiples conséquences. Loin d'être encore démocratisés, ces vêtements durables sont tout de même encensés par les acheteurs. Le sondage de l'ONG Max Havelaar mené conjointement avec Opinionway a scruté mille personnes : 31% des Français révèlent avoir pour critères d'achat le respect des conditions de travail (santé, sécurité et droits sociaux), 34% s'enquièrent du recours à des travailleurs enfants, 40% d'entre eux se soucient de l'origine "Made in France", 30% demandent la diminution drastique des produits chimiques dans les pièces élaborées, 55% des sondés affirment être décidés à payer plus cher pour mieux consommer et 51% assurent être prêts à se rendre dans un magasin responsable même éloigné du domicile.

Bientôt un boycott de la part des acheteurs français ?

Sensibilisés, les citoyens se montrent inquiets par la nature des matériaux utilisés, la provenance des habits et les mauvais traitements des ouvriers qui les préparent. La gronde des consommateurs a de quoi affoler la filière du textile puisque 60% des Français affirment vouloir boycotter une marque qui ne serait pas équitable. Dans leur viseur ? Les grandes enseignes et la grande distribution. En conséquence, l'organisation Max Havelaar a lancé "un appel à la mobilisation en faveur d'un 'pacte mondial pour une mode équitable', feuille de route multipartite visant à assurer d'ici à 2030 un 'revenu vital' à l'ensemble des travailleurs du textile et le respect de leurs droits fondamentaux, de même qu'une réduction des impacts environnementaux de la filière", comme le partage Fashion Network. Seront-ils enfin écoutés ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.