Pour Eva Green, les talons hauts sont "très antiféministes"

Pour Eva Green, les talons hauts sont "très antiféministes"
Eva Green lors du défilé de mode Haute-Couture printemps-été 2020 "Chanel" à Paris, le 21 janvier 2020.

Dans une interview accordée au magazine Town and Country et publiée le 14 mai 2020, l'actrice de 39 ans a avoué qu'elle détestait se voir à l'écran et qu'elle n'adhérait pas vraiment aux standards modernes de la beauté.

Héroïne du film "Proxima", paru en novembre dernier, mais aussi James Bond girl dans "Casino Royale" en 2006 et nouvelle muse de Tim Burton (qui l'a dirigée dans "Dark Shadows", "Miss Pregrine et les Enfants particuliers" et "Dumbo"), Eva Green a su faire ses preuves sur grand écran. Pourtant, comme sa mère Marlène Jobert, elle déteste se regarder. "Ça me donne envie de vomir. Je ne peux pas (me) voir", a-t-elle ainsi déclaré à Town and Country.

"J'aime trop le confort"

Autre aspect de son métier que l'actrice française n'apprécie pas vraiment : le glamour imposé aux femmes sur les tapis rouges. "Ma mère vous dirait que je devrais savoir me coiffer, que je devrais savoir faire des efforts. Je suis censée porter plus de couleurs, être plus une femme, mais j'aime trop le confort. Les talons hauts me paraissent très antiféministes, nous sommes comme des oiseaux sur des échasses", a-t-elle confié.

Il est vrai que les chaussures aux talons vertigineux, peu confortables, font souvent débat, certaines les considérant comme des symboles sexistes et d'autres comme une incarnation du féminisme moderne. À ce niveau-là, Eva Green a choisi son camp. Et si elle porte de hauts talons sur les tapis rouges, associés régulièrement à des robes sombres, ce sont les chaussures plates qui, hors caméra, remportent sa préférence.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.