Les vendeuses de lingerie en colère : Jean-Castex a reçu 200 petites culottes

Les vendeuses de lingerie en colère : Jean-Castex a reçu 200 petites culottes
Les boutiques de lingeries jugées "non essentielle": les commerçants indépendants ont envoyé 200 culottes à Matignon pour manifester leurs colères.

Non, Matignon ne va pas organiser un défilé de lingerie... Si le Premier Ministre a reçu plus de 200 culottes, elles sont un cri d'alerte des gérants et des gérantes indépendants, qui demandent la réouverture de leurs boutiques de sous-vêtements.

Si les stars reçoivent des petites culottes en témoignage d'amour, celles que Jean-Castex a reçues ont une autre saveur... Suite au reconfinement de la France le 3 avril 2021, les commerçants de lingerie considérés comme "non essentiel" ont dû fermer leurs portes pour quatre semaines. En colère, certaines enseignes ont lancé l'opération "Action culottée". Selon Nathalie Parades à l'origine de ce mouvement, plus de 200 gérants et gérantes ont envoyé une pièce de lingerie à Matignon.

"On a trouvé ça rigolo, symbolique"

Un colis culotté qui a également demandé à Jean-Castex un peu de lecture. En effet, une lettre a été systématiquement envoyée pour souligner l'importance de la lingerie au quotidien : "N'est-ce pas la première chose que nous enfilons le matin pour nous habiller, même vous, Monsieur le Premier ministre ?" Si leurs boutiques ne peuvent officier de la mention "essentielle", le collectif qui regroupe que des commerces indépendants demande à ce que le fond de solidarité de l'État soit à hauteur de 100% du chiffre d'affaires antérieur pour payer les fournisseurs et le stock accumulé depuis un an. Une vague de colère qui a tout même était pensée avec beaucoup d'humour. "On a trouvé ça rigolo, symbolique et plein de sens d'envoyer une culotte au gouvernement pour lui dire que nous n'étions pas contentes", détaille une des commerçantes. Pas sûre que Jean-Castex soit de cet avis, mais il a peut-être fait le bonheur des dames à Matignon.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.