Le serre-tête signe son grand retour

Le serre-tête signe son grand retour
Tiffany Hsu aux abords du défilé Paco Rabanne à Paris, le 28 février 2019.

Marine Cournede

Accessoire BCBG par excellence, le serre-tête quitte sa prison dorée pour venir coiffer les plus pointues des modeuses. Perlé, satiné, ou en version XL, il se décline sous toutes les formes pour twister la chevelure d'un rien.

Dans les années 1960, il auréolait les chevelures volumineuses des icônes de mode comme Brigitte Bardot ou Catherine Deneuve, révélant un véritable potentiel stylistique. Malheureusement pour lui, la mode peut parfois se montrer ingrate, et elle le balaye d'un revers de la main dès les années 1970 avec l'arrivée des crinières survoltées, où le volume indiscipliné ne fait pas bon ménage avec cet arceau bien sage. Il est alors relégué au style bon chic bon genre, aperçu tantôt chez la jeune fille de bonne famille que chez la femme aisée.

Comment porter le serre-tête ?

En 2019, étiquette sociale il n'y a plus, et le serre-tête débarque sans trier sur toutes les caboches, faisant déferler son ADN vintage dans la tendance. Peu avare de discrétion, il revient sur le devant de la scène avec le plein de caractère : volumineux, satiné, matelassé, en velours, orné de perles ou de strass... rien ne l'arrête.

Pour le porter, vous n'aurez que l'embarras du choix. Les plus BCBG se plaisent à l'arborer avec un chignon bas, plaqué sur le crâne, et relevé d'une paire d'élégantes boucles d'oreilles, rappelant un esprit baroque. Quant aux plus flemmardes, elles pourront se contenter de le glisser sur cheveux lâchés. Mention spéciale à celles qui le portent avec la coupe garçonne : voici une audace qui ne vous fera pas défaut.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.