Jean-Paul Gaultier : "Je reviens à mes premiers amours, soit le recyclage"

Jean-Paul Gaultier : "Je reviens à mes premiers amours, soit le recyclage"
Jean-Paul Gaultier lors du 18e dîner de mode de l'association AIDS Sidaction au Pavillon Cambon à Paris, le 23 janvier 2020.

Jean-Paul Gaultier a fait ses adieux à la couture, le 22 janvier 2020, lors d'un ultime défilé au théâtre du Châtelet, à Paris. Il accompagne depuis, son spectacle le Fashion Freak Show "à travers le monde". Il se remémore quelques souvenirs à l'occasion d'une interview accordée au magazine Vogue paru en avril 2020.

Si le couturier arrête la mode, il va toutefois "travailler à des collaborations" et également "avoir un oeil sur la succession couture" de la maison Gaultier. Il revient aujourd'hui à ses "premiers amours, soit le recyclage" et évoque quelques uns de ses souvenirs pour le magazine Vogue. "À l'époque, je prenais une veste de bleu de travail et je doublais de soie saumon", se souvient-il. Alors que nous vivons dans une ère où il y a "trop de vêtements", l'icône de la mode se remémore : "J'ai eu la chance de connaître la couture avec de vrais couturiers, le prêt-à-porter aussi, avec des créateurs très vivants, un mouvement très vigoureux où on avait toutes les libertés."

"Tout était de la récupération"

Pour le magazine Vogue, celui que l'on surnomme l'enfant terrible de la mode se rappelle d'ailleurs de son premier défilé : "C'était la pagaille totale ! Quand la musique à commencé, elles (les mannequins, ndlr.) n'étaient pas habillées, raconte-t-il. Tout était de la récupération. Cardin m'avait envoyé travailler aux Philippines et j'avais rapporté des dessous-de-plat en paille tressée, j'avais fait un trou au milieu, ça faisait une moitié de boléro, que je nouais entre eux par un lien. J'avais aussi trouvé des canevas brodés mais pas finis, j'en faisais des dos de vêtements, c'était aux femmes de les terminer."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.