Isabelle Balkany, ses préférences mode : marques de luxe ? "Pas mon style"

Isabelle Balkany, ses préférences mode : marques de luxe ? "Pas mon style"
Isabelle Balkany attend son mari Patrick Balkany devant la prison de la Santé à Paris, le 12 février 2020.

Pas de doute, Isabelle Balkany est une fashionista politicienne. Avec enthousiasme, elle a partagé ses habitudes vestimentaires dans le numéro de mars du magazine Technikart.

Le 12 février 2020, Isabelle Balkany attendait son mari Patrick Balkany à sa sortie du milieu carcéral. Lunettes de soleil sur le nez achetées chez un opticien de sa ville de prédilection, bottes de la Halle aux chaussures "en promo", manteau fourré par dessus une doudoune légère, sa tenue associe le jaune pâle au marron, couleur déclinée sous deux teintes. Adossée sur le capot de sa voiture, son allure assurée, immortalisée par le journaliste Boris Kharlamoff, a fait le tour de la Toile. Avant que la prison de la Santé ne se sépare du maire de Levallois-Perret âgé de 71 ans, son épouse s'est prêtée au jeu des questions/réponses de Technikart. Le magazine se lance dans une interview de celle qui est décrite comme "la plus stylée de toutes" et comparée à "Bonnie attendant Clyde aux portes du pénitencier" ou encore Rod Stewart grâce à cette coupe courte en bataille qu'elle arbore, "faite par une conseillère municipale".

Grande fan d'Uniqlo et de H&M !

Isabelle Balkany dévoile ses deux marques favorites H&M et Uniqlo, "surtout Uniqlo" dont elle vante merveilleusement la qualité des produits : "Je suis très frileuse, je suis une fille du sud (...) C'est formidable parce que chez Uniqlo, ils ont créé un concept, Heat-Tech, c'est du Damar revu et corrigé avec un autre look et des prix très intéressants donc j'accumule des couches de tee shirts, de pulls à col roulé et de leggings dans cette collection pour frileux. Et les doudounes finissent la pelure de l'oignon !"

Contrairement aux apparences, celle qui a été rendue coupable de corruption d'argent n'est pas intéressée par les marques luxueuses : "Ce n'est pas du tout mon style !" Pour attester ses dires, la femme de 72 ans évoque une anecdote : "C'est d'ailleurs rigolo, un de mes petits-fils avait besoin de baskets et c'est lui qui a vu ces bottes et qui m'a dit 'Regarde, elles sont formidables, elles sont à 10 euros'. Il y en avait des bleues et des marron donc nous sommes ressortis avec une paire de baskets pour lui et deux paires de bottes."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.