Dior : Maria Grazia Churi signe un puissant défilé de combattantes féministes

Dior : Maria Grazia Churi signe un puissant défilé de combattantes féministes
Défilé de mode prêt-à-porter automne-hiver 2020/2021 "Dior" à Paris, le 25 février 2020.

Maison mythique, Dior se montre rebelle. En pleine Fashion Week, la révélation de la collection de prêt-à-porter automne/hiver a engendré une onde de choc dans le monde de la mode, grâce à un décor particulièrement engagé.

La Fashion Week bat son plein. Mardi 25 février 2020, elle a atteint un de ses points culminants avec l'un des défilés les plus attendus, celui de la maison Dior. Aux mains de la directrice artistique Maria Grazia Churi depuis 2016, la marque de haute couture ne cesse d'affirmer une identité empreinte de caractère et d'engagement, où la mode côtoie les questions de société.

La femme Dior est synonyme de féminité et de force d'âme, à l'image de ce décor en gigantesques lettres colorées. La griffe de l'héritière de Christian Dior est acérée et elle le clame en collaboration avec le collectif de Claire Fontaine, à l'origine de ces suspensions verbeuses. Disposés à travers un espace dédié du Jardin des Tuileries de Paris, les slogans assassins sont inratables : "Le patriarcat tue l'amour", "Patriarcat = CO2", "Quand les femmes frappent, le monde s'arrête", "Les femmes mènent l'insurrection", "Nous sommes toutes clitoridiennes", une référence à l'ouvrage de la féministe italienne Carla Lonzi ou encore le plus poétique "Les femmes sont la lune qui gèrent le flot des marées".

Gavroche et Rosie la Riveteuse version moderne et sensuelle

Au milieu des mots "Consent" et "Repression", les mannequins dévoilent la collection femme de cet hiver 2020/2021. Les fines silhouettes à la démarche déterminée sont, elles aussi, le véhicule de puissants messages. Néo-bourgeoises ou plus rock'n'roll, les modèles se parent de diverses déclinaisons d'imprimés à carreaux. Le foulard à pois, tout droit sorti des archives mythiques de la maison, coiffent les chevelures. Probable clin d'oeil à Rosie la Riveteuse, il s'impose comme un nouvel accessoire tendance. Avec classe, la résistance à la française se matérialise aussi par le port de la casquette gavroche, portée à maintes reprises sur le catwalk et principalement en cuir. Ultime touche de style, l'armée de Maria Grazia Churi arbore la frange, courte ou asymétrique. Quelle allure !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.