Comment la Fashion Week s'engage à être plus écolo

Comment la Fashion Week s'engage à être plus écolo
Des impératifs environnementaux que les marques tentent de suivre.

Face aux enjeux environnementaux actuels, certaines enseignes et fédérations prennent des mesures afin d'être plus responsables.

On passe au vert. Le sommet de l'ONU sur le climat s'est déroulé le 23 septembre 2019. Pourtant, bien avant le plaidoyer de Greta Thunberg sur les enjeux écologiques à prendre en compte, côté podium, cette volonté s'était déjà faite entendre. Et pour cause, en pleine période de la Fashion Week à Paris, la Fédération de la haute couture et de la monde compte bien rendre la semaine de la mode plus éco-friendly.

Vers la concrétisation

En effet, elle participe à des groupes de travail (autour de nombreux projets gouvernementaux sur l'environnement) afin de mettre en oeuvre une démarche beaucoup moins polluante. En préparation, on parle même d'un lexique "mode et développement durable", disponible au mois de novembre 2019, permettant à tous les acteurs du milieu de comprendre les enjeux écologiques majeurs. Une initiative impérative quand on sait que le secteur textile est le deuxième plus polluant au monde après celui du pétrole.

Des enjeux que les marques ont décidé de suivre. La maison Dior a présenté, le 24 septembre, sa dernière collection à l'hippodrome de Longchamp où elle avait, pour l'occasion, recréé un jardin contenant 160 arbres. Des végétaux provenant de France, d'Allemagne et d'Italie qui ont pour but d'être re-plantés à Paris dans les espaces publics. "Les arbres, c'est symbolique ainsi que le recyclage de l'ensemble du décor. La parenthèse des années où l'on prenait et on jetait, c'est fini", rapporte Nicolas Bonnenfant de Coloco, paysagiste à l'origine du défilé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.