Revendre sa robe de mariée : comment s'y prendre ?

Chargement en cours
Une fois le grand jour passé, que souhaitez-vous faire de votre robe de mariée ?
Une fois le grand jour passé, que souhaitez-vous faire de votre robe de mariée ?
1/2
© Adobe Stock, Margo Basarab

Marine Cournede

Le grand jour est désormais derrière vous, et plutôt que de laisser votre robe de mariée prendre la poussière au fond d'un placard, vous avez décidé de la revendre. Suivez le guide pour donner une seconde vie à votre "précieuse".

La solution en ligne

Tout d'abord, vendez-la vite, car la mode n'attend pas. Pensez à la tendance des années 1980 qui a vu fleurir bon nombre de robes de mariée à base d'enchevêtrements satinés et de manches ballon. Un classique de l'époque qui n'a pas tardé à faner face à l'arrivée de robes plus épurées avec le nouveau millénaire. Plus le temps file, moins votre robe a de chances de répondre aux attentes de la demande, et donc moins le prix sera attractif. C'est pourquoi il est préférable de vendre votre robe dès que possible.

Privilégiez également des photos de qualité lors d'une vente en ligne. Si cela va s'en dire pour certaines, d'autres ont malheureusement tendance à négliger la présentation de leur bien, parfois photographié sous un jour flou ou pixelisé. Un beau visuel sera la première source de clics, et accélérera le processus d'achat. Pour ce qui est de la mise en scène, prenez une photo de vous dans la robe, plutôt que de photographier celle-ci sur un cintre. Le rendu sera plus parlant, et aussi plus attrayant pour les prospects.

Veillez à ne pas vous enflammer sur le prix. Bien évidemment, la robe est souvent comme neuve (certaines n'ont d'ailleurs jamais été portées), mais son prix doit rester moins cher qu'en magasin. En général, le prix doit partir sur une réduction minimum de 25% par rapport au montant initial. Et plus la robe est "vieille", plus elle perdra en valeur. C'est pourquoi un bien qui a plus de 5 ans d'âge est souvent vendu avec un rabais de 50% sur son prix d'achat. Ne perdez pas de vue qu'en revendant votre robe, vous pouvez faire une heureuse qui n'a pas forcément les moyens de se permettre un modèle de créateur.

Comme pour chaque article vendu sur Internet, il est préférable d'être le plus précise possible dans sa description. La marque, le style, les mesures, les méthodes de conservation, les détails... Plus vous en dévoilez sur la robe, plus la future acheteuse se sentira en confiance. Il convient également de ne pas omettre les défauts possibles, afin d'éviter les mauvaises surprises après l'achat (taches, accrocs, etc.). Pensez également que grâce à vos informations, les intéressées pourront essayer de trouver la robe en magasin et de l'enfiler afin de se familiariser.

La solution dépôt-vente

Dans la plupart des grandes villes, on trouve des dépôts-ventes spécialisés dans les accessoires de mariage. L'avantage de cette alternative, très prisée par les intéressées, est la prise en charge du dépôt-vente. En effet, ce dernier s'occupe de tout, des photos à la mise en rayon. Vous n'avez qu'à y déposer votre robe et encaisser la somme proposée. Sachez cependant que plus la robe est vieille, moins l'offre sera avantageuse. De plus, si les robes sont généralement rachetées entre 40 et 60% du prix initial, le dépôt-vente prend naturellement une commission supplémentaire.

La solution Emmaüs

Présente dans toutes les grandes villes françaises, l'association peut elle aussi récupérer votre robe. Ici, l'intérêt n'est pas de faire des bénéfices, puisque votre robe sera revendue pour une bouchée de pain, mais plutôt de faire une bonne action. Grâce à ce geste, vous ferez peut-être le bonheur d'une femme dans le besoin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.