Karl Lagerfeld : ce qu'il a apporté à la mode

Chargement en cours
Karl Lagerfeld au défilé Dior Homme à Paris, le 23 janvier 2016.
Karl Lagerfeld au défilé Dior Homme à Paris, le 23 janvier 2016.
1/2
© BestImage, OLIVIER BORDE

Azza Kamaria

Quand il reprend les rênes de Chanel en 1983, Karl Lagerfeld récupère un navire au bord du naufrage. C'est sa vision, son savoir-faire et son implication totale dans son art qui vont sauver la marque et faire de lui l'un des plus grands créateurs de tous les temps. Retour sur une carrière hors du commun.

Dessinateur, photographe, créateur, designer, mentor, propriétaire de Choupette, icône de mode.... Karl Lagerfeld était l'une des plus grandes figures de l'histoire. Si le Kaiser s'est éteint, le 19 février 2019 à 85 ans, son héritage lui, restera éternel. Résumer l'impact de cet esprit libre sur l'industrie de la mode est presque impossible, seulement, il est possible d'identifier certains faits qui ont participé à façonner la légende.

Le renouveau chez Chanel

Quand Karl Lagerfeld arrive chez Chanel, en 1983, les équipes déjà présentes n'accueillent pas à bras ouverts ce créateur qui prête également ses talents aux maisons Fendi et Chloé. Malgré les tensions régnant au sein de la maison, le designer parvient à redorer le double C qui souffre à l'époque d'une image trop vieillotte. Les chaînes, les perles, le tweed, des jupes mais plus courtes... Le créateur allemand reprend les codes de la maison et les modernise, parfois en les détournant. Dès son premier défilé il fait preuve de singularité en s'inspirant des années 1920 et 1930 alors que les autres marques sont focalisées sur la création de pièces inspirées des années 1950. Il dit adieu aux tons pastel et aux tailleurs top stricts et privilégie des couleurs plus vives. Son premier défilé est un franc succès et depuis, chaque défilé Chanel est un événement phare de la Fashion Week parisienne.

Les égéries

Au-delà d'avoir été la source de nombreuses tendances et d'avoir eu le don de "donner aux gens ce qu'ils ne savent pas encore qu'ils veulent", comme l'explique le directeur mode de la revue spécialisée Drapers, Ian Wright, Karl Lagerfeld avait le flair pour créer des stars. Toutes les personnes qu'il prend sous son aile voient leurs carrières décoller et pour cause, il sait sur qui miser. La première d'entre elles n'est autre qu'Inès de la Fressange à qui il offre un contrat d'exclusivité pour Chanel en 1983, une première dans l'industrie. Naomi Campbell, Claudia Schiffer, Kate Moss ou encore plus récemment Kaia Gerber et Lily-Rose Depp... Des top-modèles de renom ou des jeunes femmes aux carrières prometteuses.

Vers une mode moins élitiste

Tout au long de sa carrière, Karl Lagerfeld a oeuvré pour démocratiser la mode afin que celle-ci puisse être accessible au plus grand nombre. En 2004, il est le premier grand couturier à accepter de s'associer à H&M pour une collection capsule dont les 30 pièces en édition limitée, vendues entre 19,90 euros et 149,90 euros, se sont écoulées en quelques heures.

À l'époque, l'industrie du luxe est offusquée. Ce à quoi le Kaiser répondra : "Je trouve pénible que H&M ait contrarié tant de gens. C'est du snobisme dans l'antisnobisme", dans les pages de l'Express. Et pour cause, l'heureux propriétaire de Choupette considérait que "L'élégance n'est ni une question de porte manteau, ni une question de porte-monnaie." comme le rapporte l'ouvrage "Le monde selon Karl" par Patrick Mauriès et Jean-Christophe Napia (éditions Flammarion), sorti en 2013.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.