Histoire : pourquoi le pantalon était-il interdit aux femmes ?

Chargement en cours
Pourquoi le pantalon était-il interdit aux femmes ? Retour sur l'histoire de cette pièce phare !
Pourquoi le pantalon était-il interdit aux femmes ? Retour sur l'histoire de cette pièce phare !
1/2
© Adobe Stock, Victoria Chudinova

Pièce mode par excellence, le pantalon se décline aujourd'hui sous toutes les coutures. Bootcut, Palazzo, Flare... Nombreuses sont les formes et coupes singulières de cette pièce aujourd'hui phare de notre dressing et pourtant, si longtemps interdite. Mais pourquoi ? Retour sur la petite story d'une pièce qui a marqué l'Histoire avec un grand H.

Les prémices du pantalon pour les femmes

Successeur de la culotte, l'ancêtre du pantalon féminin commence à sortir de sous les robes des femmes après la Révolution Française. Mais aussi belles soient-elles à l'époque, ces pièces restent considérées comme de la lingerie. D'autant plus que le pantalon est alors le symbole de la masculinité par excellence. Pour rien au monde, ces messieurs n'auraient souhaité qu'une femme "porte la culotte", comme en témoigne le fameux dicton, et vienne ainsi porter atteinte à l'ordre patriarcal établi. Tout comme elles étaient privées d'égalité et de liberté à l'époque, elles se sont vues ôter le droit de revêtir un pantalon dit "masculin" en ces temps-là. À tel point qu'une ordonnance datant du 16 Brumaire an IX, autrement dit le 7 novembre 1800, interdisait formellement "le travestissement des femmes" et précisait que "toute femme désirant s'habiller en homme devait se présenter à la Préfecture de police pour en obtenir l'autorisation et celle-ci ne peut être donnée qu'au vu d'un certificat d'un officier de santé". Et cela sous peine d'amende.

Une exception à la règle pour ces dames

Malgré cette loi, tout au long du XIXe siècle, une poignée d'effrontées se moque de la bienséance à l'instar de George Sand et Rosa Bonheur, portant volontiers cette tenue masculine à valeur d'acte politique. Par la suite, cette interdiction est partiellement levée grâce à deux circulaires datant de 1892 et de 1909, autorisant le port du pantalon pour les femmes dans certaines situations seulement : "Si la femme tient par la main un guidon de bicyclette ou les rênes d'un cheval", mais uniquement sur autorisation préfectorale. Légalement, aucune autre circonstance n'est alors valable.

De l'importance de la haute couture dans la démocratisation du pantalon

Nombreux sont les créateurs de mode à s'amuser des codes vestimentaires jouant avec les frontières entre le masculin et le féminin. Si cela ne choque plus aujourd'hui, André Courrèges et Yves Saint Laurent ont marqué leur époque. Lancée en 1961, la griffe Courrèges propose ces bas à porter en soirée, à la taille peu marquée et aux lignes droites. La maison Saint Laurent, quelques années après, crée quant à elle un smoking féminin et le présente lors de son défilé automne-hiver 1966, targuant qu'en "portant le pantalon, une femme peut développer son maximum de féminité". La révolution est en marche alors même que la loi n'est toujours pas abrogée. Et il faudra encore près de 50 ans (47 précisément) avant qu'elle ne le soit !

Le pantalon symbole de rébellion

Rien de tel qu'un interdit pour susciter le désir, donc. Objet de tous les fantasmes, le pantalon a accompagné l'émancipation des femmes. Artistes, féministes, révolutionnaires, voyageuses, actrices, sportives... Nombreuses sont celles connues comme Coco Chanel dans les années 1930, Marilyn Monroe dans les années 1960 ou encore Michèle Alliot-Marie lors d'une visite au Sénat en 1972, ou inconnues comme nous, comme vous qui se sont vêtues de cet habit exclusivement masculin bravant ainsi la loi, mais faisant à leur manière avancer les choses. Il aura tout de même fallu attendre les années 1960-1970 pour que le pantalon se féminise réellement et s'affiche librement dans la rue sur les jambes de ces dames. La culture hippie qui les a dotés des fameuses pattes d'éléphant y est également pour beaucoup. Les années disco, le rendent moulant à souhait. Les années 1990 et 2000 ne s'en privent plus. Et pourtant, au long de ces diverses époques, le pantalon est encore illégal pour les femmes.

Le pantalon, enfin libéré

Et oui ! Il aura fallu plus de deux siècles de transgressions des normes sociales pour que cette loi, interdisant le port du pantalon soit enfin abrogée. Et cela, grâce à l'action du sénateur de la Côte d'Or à l'époque, Alain Houper, qui décide en juillet 2012 de réclamer au ministère des Droits des femmes la suppression de cette loi. Six mois plus tard, le 31 janvier 2013, le ministère donne une réponse favorable soulignant cette ordonnance comme "incompatible avec les principes d'égalité entre les femmes et les hommes qui sont inscrits dans la Constitution et les engagements européens de la France", peut-on lire sur le site du Sénat. "De cette incompatibilité, découle l'abrogation implicite de l'ordonnance du 7 novembre qui est donc dépourvue de tout effet juridique et ne constitue qu'une pièce d'archives, conservée comme telle par la Préfecture de police de Paris".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.