Comment la fourrure est devenue indésirable ?

Chargement en cours
Symbole de glamour et d'élégance, la (vraie) fourrure perd de sa superbe dans le monde de la mode.
Symbole de glamour et d'élégance, la (vraie) fourrure perd de sa superbe dans le monde de la mode.
1/2
© iStock, Datsko_Artur

Marine Cournede

Il s'agit du matériau le plus controversé de l'histoire de la mode. Symbole d'élégance pour certains, la fourrure est synonyme de cruauté chez de plus en plus de modeuses.

Dans l'histoire du vêtement, la fourrure joue un rôle fondamental puisqu'elle a été la première parure fournissant chaleur et protection aux êtres humains. Au 20e siècle, elle rejoint la sphère du glamour hollywoodien et devient symbole d'extravagance et de richesse. Et alors qu'elle est à son apogée dans les années 1970, surgissent les premières insurrections en faveur de la cause animale. Manifestement, ces élans d'indignation n'auront pas l'impact escompté puisque encore en 2015, la fourrure était présente dans plus de 70% des défilés de mode à Milan, New York et Londres selon National Geographic.

Une montée des consciences

Pourtant en 2018, les protestations continuent de gronder et gagnent même du terrain. Les organisations de défenses des animaux comme WWF, PETA ou Greenpeace mettent tous leurs moyens en oeuvre pour sensibiliser à la cause, notamment via les réseaux sociaux qui résonnent beaucoup auprès des jeunes générations. Les célébrités, elles aussi, jouent de leur influence pour marquer les consciences. On se souvient de la fameuse affiche PETA, en 1994, illustrant Naomi Campbell nue auprès de quatre autres mannequins, avec comme slogan : "Je préfère être nue plutôt que d'utiliser de la fourrure." Les rapports alarmants dénonçant les terribles conditions subies par les animaux dans l'industrie de la mode, comme l'enquête de Cash Investigation pointant du doigt la situation en Chine en 2018, présentent eux aussi un moyen d'impacter cette controverse.

Concernant les avancées encourageantes, le 23 janvier 2015, le Parlement français adoptait définitivement le projet de loi visant à reconnaître les animaux comme des "êtres vivants, doués de sensibilité" et en septembre 2018, la Fashion Week de Londres bannissait la fourrure de ses podiums. Une révolution dans le monde de la mode adoptée par bon nombre de créateurs, qui ont renoncé à l'utilisation de peau de bête.

Quand la mode s'y met

De plus en plus de couturiers annoncent la fin du recours à la fourrure dans leurs collections. Jean-Paul Gaultier, Gucci, Givenchy, Hugo Boss, Ralph Lauren ou encore Burberry, sans oublier Stella McCartney qui prône depuis toujours le respect des animaux et a décidé de bâtir son empire fashion sur cette valeur. La dernière maison en date à dire adieu à la fourrure ? Chanel, qui a annoncé dans un communiqué le 3 décembre 2018 que la maison renoncerait à la fourrure ainsi qu'aux peaux d'animaux exotiques pour ses créations à venir. Un véritable pavé lancé dans la mare par l'enseigne au double C qui pourrait s'inscrire comme une tendance de fond.

Et alors que les médias de la mode se mobilisent en faveur des animaux, notamment Vogue Paris qui sortait en 2017 un numéro spécial affichant des mannequins fièrement vêtues de fausse fourrure, le prêt-à-porter s'incline lui aussi vers une mode plus éthique. En effet, des marques comme Topshop, H&M, Bershka, Zara, Pimkie ou encore La Redoute proposent des pièces synthétiques, qui en plus de respecter les animaux, ont l'avantage d'être esthétiques, confortables et beaucoup moins onéreuses que les vraies peaux.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.